• Accueil > 
  • Sports > 
  • Football 
  • > Troy Polamalu tire sa révérence après une carrière de 12 ans 

Troy Polamalu tire sa révérence après une carrière de 12 ans

Troy Polamalu... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Troy Polamalu

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Will Graves
Associated Press
Pittsburgh

Avec sa chevelure bouclée caractéristique qui retombe sur le haut de son chandail no 43, Troy Polamalu a passé plus d'une décennie à s'illustrer sur les terrains de football comme la pierre angulaire de la défensive des Steelers de Pittsburgh.

Désormais, sa spectaculaire carrière est chose du passé.

Sélectionné à huit reprises pour le match du Pro Bowl et proclamé le joueur défensif de l'année dans la NFL en 2010, Polamalu se retire après 12 saisons, expliquant qu'il est temps pour lui d'entamer une nouvelle phase de sa vie.

«Troy est un brillant exemple d'un homme de football par la façon dont il aimait son sport, par la façon dont il respectait le sport et par la façon dont il l'a joué, a déclaré l'entraîneur des Steelers, Mike Tomlin, dans un communiqué. Il est entré dans la légende des Steelers.»

Réclamé au 16e rang au repêchage de 2003 en provenance de USC, le style passionné de Polamalu et son excellent sens de l'anticipation lui ont permis de briller sous la gouverne du coordonnateur de la défensive Dick LeBeau. À son apogée, Polamalu était sans doute l'élément le plus perturbateur de la ligue.

Sa capacité d'anticiper ce qui allait arriver sur le terrain restera dans les mémoires pendant des générations.

Néanmoins, sous son abondante chevelure qui lui a valu un lucratif contrat de commandite et ses jeux exceptionnels qui ont parfois changé le cours d'une saison - comme dans la victoire contre les Ravens de Baltimore en éliminatoires en 2008 qui a pavé la voie au sixième titre de l'équipe au Super Bowl - Polamalu est un homme qui se définit lui-même comme plus qu'un simple joueur de football. Il n'a jamais caché sa profonde foi chrétienne et faisait le signe de croix après chaque plaqué.

Personne à la voix douce et réfléchie, la nature calme de Polamalu est à l'opposé du style qu'il préconisait sur le terrain. Il a joué le rôle de mentor à la fin de sa carrière, en prenant son successeur potentiel Shamarko Thomas sous son aile il y a deux ans.

«Ses actions en tant qu'être humain étaient toutes aussi impressionnantes que l'un des nombreux jeux inhumains qu'il a accomplis sur le terrain, a déclaré le directeur général Kevin Colbert. Nous avons été très choyés de l'avoir au sein de notre organisation ces 12 dernières années.»

Polamalu, qui aura 34 ans plus tard ce mois-ci, complète sa carrière avec 32 interceptions, 12 sacs du quart, sept ballons recouvrés et cinq touchés. Il lui restait deux ans à son contrat mais il se questionnait depuis un certain temps à savoir s'il était prêt à s'imposer les sacrifices nécessaires pour jouer une autre saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer