Les Carabins champions!

Les Carabins ont soulevé la coupe Vanier pour... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Les Carabins ont soulevé la coupe Vanier pour la première fois de leur histoire.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les Carabins de l'Université de Montréal ont complété aujourd'hui une saison de rêve en remportant le premier championnat canadien de football universitaire de leur histoire lors de la 50e Coupe Vanier. Les Bleus ont remporté une victoire dramatique de 20-19 face aux Marauders de McMaster.

«Je viens de St-Léonard et je suis un fier Montréalais; remporter la Coupe Vanier avec l'Université de Montréal, ici, devant plus de 22 000 spectateurs, c'est très émouvant pour moi», a avoué l'entraîneur-chef Danny Maciocia, qui est devenu le seul entraîneur à diriger des équipes à la victoire en Coupe Grey (LCF) et en Coupe Vanier.

«Nous affrontions une équipe exceptionnelle, qui nous a fait la vie dure, en première demie notamment. Mais nous savions que nous étions dans le match, qu'il suffisait d'être patient et que nos chances arriveraient.»

C'est encore une fois la défensive des Carabins qui a fait la différence en bloquant une tentative de placement de 34 verges de Tyler Crapigna, des Marauders, dans la dernière minute du match. Le botteur en avait pourtant réussi quatre jusque là.

Les Bleus venaient tout juste de prendre les devants pour la première fois du match, grâce à un placement de 13 verges de Louis-Philippe Simoneau. «Nous n'avons jamais cessé d'y croire; à la mi-temps, même menés 10-13, nous avons chanté dans le vestiaire tant nous avions hâte de revenir sur le terrain», a assuré le quart-arrière Gabriel Cousineau, qui a su diriger les poussées décisives aux moments clés.

«Ils ont une très bonne défensive et ne me laissaient pas beaucoup de temps pour placer notre attaque», a poursuivi Cousineau, victime des cinq sacs en première demie seulement. «Nous nous sommes ajustés en deuxième demie, avec des jeux plus rapides, et mes receveurs ont réussi des jeux exceptionnels pour nous permettre de reprendre l'avantage.

«Ce n'est pas mon meilleur match sur le plan des statistiques, mais les seuls chiffres qui comptaient aujourd'hui, c'étaient ceux du tableau de pointage!»

«C'est un travail d'équipe. J'ai été chanceux d'être celui qui a touché au ballon. Nous y avons cru toute l'année. Je pourrai partir en paix de l'université. En choisissant les Carabins, on m'avait demandé si je voulais faire partie de l'histoire et nous avons réussi à l'écrire nous-mêmes.»

Mathieu Girard
joueur de ligne défensive des Carabins qui a bloqué la tentative placement dans la dernière minute de jeu

Intense jusqu'au bout

Les Marauders de McMaster disputaient une troisième Coupe Vanier en quatre ans et leur expérience a bien failli les aider à enlever un deuxième championnat national après celui de 2011.

L'entraîneur-chef Stefan Ptaszek, a répété que son équipe avait joué toute la saison au maximum de se moyens et qu'elle avait encore offert une performance au-delà de toutes les attentes, saluant la résilience des Carabins et la qualité de leur défensive.

Deux fois dans le match, les Marauders ont pris des avantages de plus de sept points. En première demie, deux placements de Cravigna et surtout une course spectaculaire de 50 verges de Wayne Moore, bonne pour un touché, avaient permis aux 'visiteurs' de rentrer au vestiaire en bonne position.

Une poussée de 42 verges en cinq jeux - avec un superbe attrapé de Mikaël Davidson dans le «trafic», puis une passe de touché de neuf verges à Philip Enchill - avait permis aux Carabins de revenir à trois points de leurs rivaux, mais deux autres placements de Cravigna avaient creusé l'écart à nouveau.

Les Carabins n'avaient toutefois pas dit leur dernier mot. Cousineau a retrouvé sa touche, ses receveurs, Davidson et Cibasu notamment, ont été spectaculaires et les Carabins sont allés chercher un deuxième touché (une course de trois verges de Erlington), puis le placement décisif de Simoneau.

La défensive a scellé la victoire avec un dernier gros jeu, mais elle avait été remarquable tout au long du match, ne commettant qu'une seule grosse erreur sur la course de Moore. 

Ce 50e match de la Coupe Vanier a été disputé devant une foule de 22 649 spectateurs au Stade Percival Molson (davantage que pour tous les matchs des Alouettes), un succès sur toute la ligne qui confirme l'intérêt des Montréalais pour le sport universitaire.

Live Blog Coupe Vanier: notre couverture en direct

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer