Chad Johnson: «C'est du sérieux, cette ligue»

Chad Johnson estime que la vitesse des joueurs... (Photo fournie par les Alouettes de Montréal)

Agrandir

Chad Johnson estime que la vitesse des joueurs dans la LCF est «exactement la même que dans la NFL».

Photo fournie par les Alouettes de Montréal

(Sherbrooke) Tom Higgins mène son premier camp d'entraînement avec les Alouettes et Troy Smith commence sa première saison à titre de quart partant du club. Mais c'est la présence de Chad Johnson qui fait le plus parler au camp des Als, qui s'est amorcé hier à Sherbrooke.

Johnson a de loin été le joueur le plus sollicité par les partisans qui étaient présents au Coulter Field de l'Université Bishop's après le deuxième entraînement des Oiseaux, hier. Le receveur de 36 ans a multiplié les poignées de main, les photos et les autographes. Même certains de ses jeunes coéquipiers semblaient impressionnés par Johnson.

«C'est exactement comme c'était dans la NFL. J'ai toujours aimé les partisans. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai autant d'abonnés sur mon compte Twitter (plus de 3,6 millions). Je suis très accessible pour les partisans», a expliqué Johnson, dont la grande popularité aidera assurément les Alouettes aux guichets.

«Ce n'est pas seulement pour cette raison qu'il a été embauché, mais si certaines personnes assistent à l'un de nos matchs par curiosité à cause de Chad, je serai très heureux. Car je suis convaincu que ces gens apprécieront l'expérience au stade Percival-Molson et qu'ils reviendront par la suite», croit le président de l'équipe, Mark Weightman, qui a regardé le premier jour du camp sur les lignes de côté, hier.

Au terme de sa première journée d'entraînement avec sa nouvelle équipe, Johnson était somme toute satisfait, même s'il a échappé quelques passes. Il est croit atteindre son niveau de jeu habituel assez rapidement.

«Je suis en bonne condition physique, notamment parce que j'ai joué au soccer et que j'ai boxé au cours des deux dernières années. Je ne me sens pas vraiment "rouillé", mais je ne suis pas encore au niveau que je voudrais être. Ça va venir», a dit Johnson, qui a été agréablement surpris par la qualité des joueurs autour de lui à Sherbrooke.

«Je ne savais pas trop à quoi m'attendre. La vitesse des joueurs est exactement comme celle dans la NFL, et le niveau de compétition m'a ouvert les yeux. Le calibre de jeu est très bon. C'est du sérieux, cette ligue», a commenté Johnson, qui entend faire la promotion de la LCF aux États-Unis.

«J'ai connu du succès dans la NFL, alors les gens vont écouter ce que j'aurai à dire. Le football d'ici est d'un très bon niveau.»

Pour les bonnes raisons

Johnson a répété hier qu'il n'est pas au Québec et dans la LCF pour une question d'argent, hier. C'est plutôt afin de renouer avec ce qu'il a perdu lorsque les Dolphins de Miami l'ont congédié il y a deux ans après qu'il eut été accusé de violence conjugale.

«Ce fut un dur retour à la réalité, mais la NFL ne me devait rien. J'ai commis une erreur et j'en ai payé le prix. C'est très difficile de se faire enlever quelque chose qu'on adore», a commenté l'ancienne vedette des Bengals de Cincinnati. «De faire partie d'un groupe, d'une équipe, d'une organisation, m'a beaucoup manqué.»

À la fin de l'entraînement d'hier, Johnson a enlevé ses épaulettes et son chandail, et il a été le seul joueur de l'équipe à les laisser au sol. Quelques minutes plus tard, Higgins s'est entretenu avec son joueur de 36 ans. Voulait-il lui dire de ne pas laisser traîner son équipement? Allez savoir. L'entraîneur-chef a toutefois assuré qu'il était très satisfait de Johnson jusqu'à présent.

«Que ce soit lors de nos réunions d'équipe ou lors de nos entraînements, il ne fait aucun doute que Chad veut être ici. C'est un charme d'être en sa compagnie. Il est très amusant, autant sur le terrain qu'à l'extérieur, et ce n'est pas une mauvaise chose», a dit Higgins, qui ne s'attend pas à voir Johnson jouer à la diva.

«Il comprend qu'il y a un receveur de plus sur le terrain dans la LCF, mais qu'il n'y a qu'un ballon. Chad a dit qu'il avait des choses à apprendre de nos autres receveurs, mais l'inverse et tout aussi vrai», a noté le pilote.

Chez Ray Lewis

L'un des receveurs des Als qui pourra profiter des conseils de Johnson est Brandon London. Ce dernier a rencontré Johnson pour la première fois il y a plusieurs années.

«Je l'ai vu lors d'un party du Super Bowl chez Ray Lewis. J'étais un jeune joueur qui tentait de faire sa place dans la NFL à cette époque et Chad était un joueur étoile avec les Bengals. Il m'a donné plusieurs conseils, dont celui de toujours accorder une très grande importance aux petits détails et à ma préparation», a raconté London, hier.

Johnson fait manifestement ce qu'il conseille aux plus jeunes. «C'était très plaisant (hier). Être en bonne condition physique, c'est la partie la plus facile. Je dois maintenant apprendre à maîtriser les petits détails, par exemple de savoir précisément où me trouver sur le terrain à tous les jeux. Mais j'aime où je me situe actuellement», a-t-il estimé.




À découvrir sur LaPresse.ca

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer