Des séries bien méritées pour les Bengals

Le botteur des Bengals Josh Brown (3) célèbre... (Photo : Don Wright, AP)

Agrandir

Le botteur des Bengals Josh Brown (3) célèbre après avoir réalisé un placement de 43 verges avec 4 secondes à faire au match.

Photo : Don Wright, AP

Partager

Les Bengals de Cincinnati méritaient de participer aux séries éliminatoires, tandis que les Steelers de Pittsburgh ne le méritaient pas. Ce n'est parfois pas plus compliqué que ça.

En l'emportant, 13-10, hier au Heinz Field, les jeunes Bengals ont assuré leur place dans le tournoi de janvier. C'est la première fois en 30 ans que les tigrés seront des séries lors de deux saisons consécutives.

Si l'équipe de Marvin Lewis a réussi cet exploit, c'est grâce à sa défense. Première de la ligue pour le nombre de sacs réussis, l'unité de Mike Zimmer en a ajouté quatre autres, hier. Ce sont toutefois ses deux interceptions, réalisées aux dépens de Ben Roethlisberger, qui ont fait la différence dans ce match.

Leon Hall a ouvert la marque avec un touché de 17 verges après avoir intercepté une passe de Roethlisberger au premier quart. Et dans la dernière minute de jeu du match, alors qu'une égalité de 10-10 persistait, Reggie Nelson a réussi la deuxième interception des Bengals. Un attrapé d'A.J. Green plus tard, Josh Brown réalisait un placement de 43 verges pour éliminer les Steelers.

On peut certainement se questionner sur le choix de jeux des Steelers dans les derniers moments du match. Au lieu de se contenter de disputer une prolongation, Roethlisberger a voulu jouer les héros et a encore coulé son équipe. C'était la deuxième défaite de suite qui était directement causée par une interception de Roethlisberger.

D'ailleurs, si les Steelers regarderont les séries assis sur leur divan, c'est principalement en raison de deux personnes: Roethlisberger et l'entraîneur Mike Tomlin. Roethlisberger a perdu ses trois matchs depuis qu'il est revenu au jeu après sa blessure à une épaule, tandis que Tomlin a multiplié les mauvaises décisions tout au long de la saison.

Comme il l'avait fait lors d'un match contre les Titans, en octobre, Tomlin a opté pour une longue tentative de placement dans les dernières minutes du quatrième quart, hier. Les Titans ont remporté le match peu de temps après que Shaun Suisham eut raté un botté de 54 verges, et les Bengals auraient pu faire la même chose hier après une tentative ratée de 53 verges de ce même Suisham. Mais cette fois, la défense des Steelers a sauvé les fesses de Tomlin. Notons que le plus long placement en carrière de Suisham - qui avait réussi tous ses placements jusqu'à maintenant en 2012, mis à part celui contre les Titans - est de 52 verges...

La défense n'est pas le problème

Pour une raison obscure, on parle toujours de la défense des Steelers pour expliquer la baisse de régime de l'équipe depuis deux ans. Or, les Steelers n'auraient pas gagné plus de quatre ou cinq matchs cette saison n'eût été le brio de Dick LeBeau et de ses joueurs.

Première de la NFL pour les verges accordées, la défense des Steelers a terminé le match d'hier avec trois revirements. Le quart-arrière et l'attaque ont été responsables de 10 des 13 points des Bengals, ne l'oublions pas.

Roethlisberger a critiqué Todd Haley à mots couverts, la semaine dernière. Il était insatisfait du choix de jeux du coordonnateur qui a remplacé Bruce Arians pendant la saison morte. Un ami de Roethlisberger, Arians lui donnait plus de liberté sur le terrain. Manifestement, ce n'est peut-être pas une très bonne idée de lui donner les coudées franches.

Afin de faire partie de l'élite du circuit, Roethlisberger devra améliorer sa lecture du jeu, et ce n'est pas la première fois qu'on le dit. À 30 ans, et compte tenu de toutes les blessures qu'il a subies, c'est une nécessité. Un peu plus de maturité ne nuirait également pas.

En ce qui concerne Tomlin, il devra accorder un peu moins d'importance à ses tournures de phrases et aux clichés, et devra mieux préparer son équipe, c'est évident. Les équipes de Bill Cowher ont rarement été aussi mal préparées.

Les Steelers ont eu leur large part de blessures cette année, c'est indéniable. Ils auraient tout de même dû se qualifier pour les séries. Mais une équipe qui s'incline devant les Titans, les Browns, les Raiders et les Chargers ne le mérite tout simplement pas. Et comme aime le répéter Tomlin, les excuses sont pour les incompétents.

Dangereux en janvier?

Alors que les Steelers sont à la croisée des chemins, les Bengals, eux, sont en pleine ascension. Leur tertiaire a excellé, hier, et mené par Geno Atkins, leur front défensif est talentueux et possède autant de profondeur que n'importe quel autre de la ligue.

L'attaque devra par contre mieux jouer afin que l'équipe de Marvin Lewis puisse mêler les cartes en séries, surtout sur le plan de la course. BenJarvus Green-Ellis et le jeu au sol n'ont récolté que 14 verges en 16 courses, hier.

Les Bengals peuvent-ils vaincre les poids lourds de l'Américaine, le mois prochain? Avec une défense de ce calibre, un jeune quart comme Andy Dalton, qui s'améliore de match en match, et un receveur exceptionnel comme A.J. Green, il est permis d'y croire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer