Pete Rose aurait eu des relations sexuelles avec une mineure

Pete Rose livre une allocution lors d'une cérémonie... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Pete Rose livre une allocution lors d'une cérémonie en son honneur, organisée par les Reds de Cincinnati, en juin dernier.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kristen De Groot
Associated Press
Philadelphie

Une femme a dévoilé avoir eu des relations sexuelles avec Pete Rose dans les années 1970 lorsqu'elle avait 14 ou 15 ans, selon un témoignage sous serment présenté devant les tribunaux lundi.

Le témoignage a été présenté par la défense dans le cadre d'une poursuite fédérale que Rose a déposée l'an dernier contre un avocat dont l'enquête a mené à la suspension à vie du meneur au chapitre des coups sûrs des Ligues majeures en raison d'une affaire de paris.

Rose accuse John Dowd de l'avoir diffamé en 2015, puisque celui-ci aurait mentionné lors d'une entrevue radiophonique que l'ancien joueur de baseball avait violé des jeunes filles durant les camps d'entraînement printaniers. Âgé maintenant de 76 ans, Rose a reconnu avoir entretenu une relation avec une femme lorsqu'elle avait 16 ans, l'âge du consentement en Ohio.

L'avocat de Rose, Ray Genco, a stipulé que les affirmations de la femme n'ont pas été vérifiées.

«Au point où on en est, c'est simplement une distraction, a expliqué Genco. Ça me fâche que Dowd ne soit pas capable de se défendre.»

Genco a également accusé Dowd de traîner «le nom de Rose dans la boue».

Rose soutient dans la poursuite que Dowd a entaché sa réputation et nuit à ses aventures de commandites lors de l'entrevue effectuée en juillet 2015 à West Chester, en Pennsylvanie.

Dowd avait enquêté sur Rose en 1989 en raison d'une affaire de paris sur les Reds de Cincinnati alors qu'il était gérant de l'équipe, une violation des règles du baseball. Rose a accepté une suspension à vie et les dirigeants du Temple de la renommée ont décidé en 1991 que les joueurs qui étaient sur la liste des suspensions à vie ne pouvaient pas être éligibles au vote d'entrée.

Durant son passage à une émission radiophonique, Dowd a stipulé que l'associé de Rose, Michael Bertolini, avait révélé aux enquêteurs qu'il «amenait des jeunes filles» à Rose durant les camps d'entraînement, ce que Dowd a qualifié «d'agression sexuelle» à chaque fois, selon la poursuite de Rose. Les avocats de Bertolini ont nié ces allégations.

La femme en question, identifiée comme étant Jane Doe lundi lors de sa déclaration, a affirmé que Rose l'avait appelée en 1973, lorsqu'elle avait 14 ou 15 ans, et ils ont entamé une relation de nature sexuelle à Cincinnati qui a duré des années. Elle a également mentionné qu'elle et Rose se rencontraient dans des lieux hors de l'Ohio pour s'adonner à des relations sexuelles.

Rose a reconnu dans un communiqué qui accompagnait le témoignage lundi qu'il avait eu une relation avec cette femme, mais qu'elle avait débuté lorsqu'elle avait 16 ans. Il a toutefois rectifié qu'ils ne s'étaient jamais rencontrés ailleurs qu'en Ohio pour des relations sexuelles.

À l'époque, Rose était dans la mi-trentaine et il était marié, avec deux enfants.

L'avocat de Dowd, David Tobin, n'a pas voulu commenter les derniers événements.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer