Tim Raines élu au Temple de la renommée du baseball

  • Tim Raines avec les Expos en 1988. (Photo archives AP)

    Plein écran

    Tim Raines avec les Expos en 1988.

    Photo archives AP

  • 1 / 10
  • Tim Raines au bâton avec les Expos en 1983. (Photo archives AP)

    Plein écran

    Tim Raines au bâton avec les Expos en 1983.

    Photo archives AP

  • 2 / 10
  • Tim Raines (à droite) discutant avec le fondateur et actionnaire majoritaire des Expos Charles Bronfman et Herm Winningham, au camp d'entraînement de l'équipe en 1985. (Photo Denis Courville, archives La Presse)

    Plein écran

    Tim Raines (à droite) discutant avec le fondateur et actionnaire majoritaire des Expos Charles Bronfman et Herm Winningham, au camp d'entraînement de l'équipe en 1985.

    Photo Denis Courville, archives La Presse

  • 3 / 10
  • Tim Raines avec les Expos en 1989. (Photo Bill Grimshaw, archives PC)

    Plein écran

    Tim Raines avec les Expos en 1989.

    Photo Bill Grimshaw, archives PC

  • 4 / 10
  • Tim Raines discutant avec le lanceur Steve Rogers dans l'abri des Expos, en 1981. (Photo Denis Courville, archives La Presse)

    Plein écran

    Tim Raines discutant avec le lanceur Steve Rogers dans l'abri des Expos, en 1981.

    Photo Denis Courville, archives La Presse

  • 5 / 10
  • Tim Raines, dans l'uniforme des Yankees de New York, salue la foule du Stade olympique après avoir volé son 800e but, en 1998. (Photo archives PC)

    Plein écran

    Tim Raines, dans l'uniforme des Yankees de New York, salue la foule du Stade olympique après avoir volé son 800e but, en 1998.

    Photo archives PC

  • 6 / 10
  • Tim Raines au camp d'entraînement des Expos en 2001. (Photo Ryan Remiorz, archives PC)

    Plein écran

    Tim Raines au camp d'entraînement des Expos en 2001.

    Photo Ryan Remiorz, archives PC

  • 7 / 10
  • Tim Raines père et fils, avant un match entre les Expos et les Orioles de Baltimore en 2001. (Photo Roberto Borea, archives AP)

    Plein écran

    Tim Raines père et fils, avant un match entre les Expos et les Orioles de Baltimore en 2001.

    Photo Roberto Borea, archives AP

  • 8 / 10
  • Tim Raines lors de son intronisation au Temple de la renommée du baseball canadien en 2013. (Photo Dave Chidley, archives PC)

    Plein écran

    Tim Raines lors de son intronisation au Temple de la renommée du baseball canadien en 2013.

    Photo Dave Chidley, archives PC

  • 9 / 10
  • Tim Raines effectue le lancer protocolaire avant un match préparatoire entre les Blue Jays de Toronto et les Red Sox de Boston, au Stade olympique, en 2016. (Photo Paul Chiasson, archives PC)

    Plein écran

    Tim Raines effectue le lancer protocolaire avant un match préparatoire entre les Blue Jays de Toronto et les Red Sox de Boston, au Stade olympique, en 2016.

    Photo Paul Chiasson, archives PC

  • 10 / 10

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Contrairement à ce qu'il aura fait tout au long de sa carrière, Tim Raines n'aura pas pu accélérer sa progression vers le but suivant grâce à sa vitesse pure. Ce n'est qu'après un stressant processus de 10 longues années qu'il a été admis au Temple de la renommée du baseball, mercredi.

Raines a été admis mercredi avec 86% des voix à sa 10e et dernière année d'éligibilité au scrutin mené auprès de 442 membres de l'Association des chroniqueurs de baseball d'Amérique. Raines a reçu 380 votes sur 442 bulletins compilés. Il devait obtenir un minimum de 332 voix, soit 75% pour être admis.

L'an dernier, Raines avait été épinglé à court de 23 voix, à 69,8%.

«J'étais réuni avec ma famille et mon agent à mon domicile et nous espérions que le téléphone sonnerait, a dit Raines sur les ondes du MLB Network. Quand il a sonné... Wow! Ça a été une effusion de joie. [...] Je sais qu'il y aura beaucoup de personnes très fières de cette élection au Canada.»

La cohorte 2017 honorera également l'ex-premier but des Astros de Houston Jeff Bagwell (86,2%), élu à sa septième année d'éligibilité, ainsi qu'Ivan Rodriguez (76%). Celui qui devrait faire son entrée à Cooperstown orné d'une casquette des Rangers du Texas est devenu seulement le deuxième receveur élu à sa première année d'admissibilité, après Johnny Bench.

La cérémonie d'intronisation aura lieu le 30 juillet, à Cooperstown.

À sa première année d'éligibilité, l'ex-voltigeur des Expos Vladimir Guerrero est déjà aux portes de Cooperstown avec un scrutin de 71,7%, à 15 votes seulement. Idem pour le releveur numéro 1 Trevor Hoffman, qui devrait faire son entrée l'an prochain, lui qui a recueilli 74% des voix cette année, à seulement cinq votes de la consécration.

Edgar Martinez a reçu 58,6% des voix, suivi de Roger Clemens (54,1%), Barry Bonds (53,8%), Mike Mussina (51,8%) et Curt Schilling (45%). À sa 15e et dernière année d'éligibilité, Lee Smith est resté bien à court avec 34,2% des voix. Manny Ramirez, suspendu deux fois pour dopage, à quant à lui vu son nom sur 23,8% des bulletins.

C'est la deuxième fois seulement depuis 1969 que le Temple accueillera plus d'un nouveau membre pour une quatrième année d'affilée. Le record est de cinq, lors de la toute première année d'intronisation, en 1936.

Jorge Posada, Tim Wakefield et Magglio Ordonez ont fait partie des joueurs n'ayant pas reçu 5% des voix et dont le nom sera retiré du bulletin de vote.

Une élection attendue

Il n'y a pas que Raines qui a poussé un soupir de soulagement quand il a reçu l'appel du Temple. Plusieurs de ses ex-coéquipiers attendaient aussi ce moment avec impatience.

«Je n'ai jamais vraiment compris ce processus, parce que je ne crois pas qu'à l'an 1 de votre éligibilité, vous soyez moins un membre du Temple qu'à votre 10e année, se questionne Steve Rogers, coéquipier de Raines chez les Expos de 1979 à 1985. Je crois vraiment que c'est subjectif. [...] Vous devez avoir les statistiques pour être considéré mais, ensuite, ça dépend des électeurs.

«Quand vous prenez un joueur du calibre de Raines et que ça lui prend 10 ans, c'est signe que c'est aux membres à réaliser l'ampleur de ses exploits et de voter pour lui. Vous ne pouvez pas changer l'histoire: tout ce que Raines a fait, il l'a fait. Tout ce qui peut changer en 10 ans, c'est la perception des électeurs», rappelle Rogers.

«Il le mérite amplement. C'est dommage qu'il ait fallu 10 ans aux chroniqueurs pour le réaliser, renchérit pour sa part Andre Dawson, son grand ami. Il était un catalyseur dans son rôle et il a été l'un des meilleurs premiers frappeurs de tous les temps.»

Mais autant Dawson que Warren Cromartie, un autre ex-coéquipier de l'époque glorieuse des Expos à la fin des années 70 et au début des années 80, ont toujours cru que ce n'était qu'une question de temps.

«Je lui ai dit d'être patient, que le processus suivrait son cours, qu'il allait être admis, rappelle Dawson. Surtout après l'énorme progression qu'il a faite sur les bulletins de vote l'an dernier (NDLR: passant de 55% à 69,8%), je savais qu'il serait élu.»

«C'est plutôt amusant qu'il y a bientôt sept ans, Rock et moi étions assis à Cooperstown pour écouter le discours d'intronisation de Dawson, raconte Cromartie. Je lui ai alors dit: 'Tu sais, encore quelques années et je serai assis ici en train de t'écouter'. Je le lui ai rappelé lors d'un long entretien téléphonique que nous avons eu la semaine dernière.»

«C'est un peu surprenant [que cela ait pris 10 ans], mais il faut tenir compte du fait qu'il a eu des problèmes personnels, nuance toutefois Michel Lajeunesse, qui a couvert les Expos pour La Presse canadienne de 1976 à 2004, en référence aux problèmes de consommation de cocaïne de Raines du début des années 80. Ça n'a sûrement pas aidé. Il y avait tout un courant qui disait que ces gens-là devaient être laissés de côté. [...] Mais il a été exceptionnel avant et exceptionnel après. Ces histoires de drogues, ce n'était pas du dopage pour améliorer ses statistiques.

«Bien sûr [qu'il mérite d'être intronisé], poursuit-il. Le baseball est un sport de statistiques et quand tu regardes ses chiffres, il le mérite beaucoup. Il y a une statistique au baseball qui est négligée un peu et ça me dérange, car dans le cas de Raines, de Marquis Grissom, ou de tout autre gars qui était premier frappeur et qui était rapide, ce sont des gars qui ont marqué beaucoup de points. Raines en a marqué 1571, c'est pas mal, surtout qu'il ne jouait pas pour la meilleure équipe au monde.»

Ces points, il les a marqués grâce à 2605 coups sûrs, 1330 buts sur balles et 808 buts volés, le cinquième plus haut total de l'histoire.

«Au haut du rôle offensif, il donnait le ton, ajoute Dawson. Quand il obtenait un simple ou un but sur balles, c'était comme s'il avait obtenu un double. Il ne volait pas un but juste pour l'ajouter à ses statistiques. Il ne courait pas n'importe quand, mais il avait l'habileté de voler un but à tout moment.

«Même si plusieurs n'accordent pas autant de valeur à cette statistique, il y a eu une période de cinq ou six ans au cours de laquelle il a mené la ligue pour la moyenne de présence sur les buts, les buts sur balles ou les buts volés. C'est pourquoi je pense qu'il a été l'un des meilleurs premiers frappeurs de l'histoire.»

Dix grands moments de la carrière de Tim Raines




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer