• Accueil > 
  • Sports > 
  • Baseball 
  • > Montréal, candidate «la plus active» auprès du baseball majeur 

Montréal, candidate «la plus active» auprès du baseball majeur

Ce qu'a fait Montréal pour attirer l'attention des... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Ce qu'a fait Montréal pour attirer l'attention des dirigeants du baseball majeur? Réunir environ 96 000 spectateurs pour 2 matchs hors-concours des Blue Jays de Toronto en mars 2014, 10 ans après le départ des Expos pour Washington.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Montréal vient-elle en tête de liste si le baseball majeur doit trouver une nouvelle ville pour une équipe? «C'est certainement la ville la plus active récemment», dit John McHale fils, vice-président directeur du baseball majeur, en entrevue à La Presse.

«Il n'y a pas beaucoup d'autres villes actives actuellement [pour tenter d'avoir une équipe de baseball], continue John McHale fils. Normalement, vous ne le savez pas avant qu'une équipe exprime un intérêt pour déménager, et vous apprenez des choses à ce moment-là. Actuellement, il n'y a pas de destination potentielle qui fasse le genre de choses que fait Montréal.»

Ce qu'a fait Montréal pour attirer l'attention des dirigeants du baseball majeur? Réunir environ 96 000 spectateurs pour 2 matchs hors-concours des Blue Jays de Toronto en mars 2014, 10 ans après le départ des Expos pour Washington. Un record d'assistance du baseball majeur pour des matchs d'exhibition dans une ville sans équipe? «Je me rappelle de foules importantes à Denver pour des matchs d'exhibition à la fin des années 70 et durant les années 80, et nous savons comment ça s'est terminé [les Rockies du Colorado ont fait leurs débuts en 1991], dit John McHale fils. Montréal a attiré l'attention du commissaire et de son bureau. Maintenant, c'est de savoir si l'intérêt pour le baseball peut être soutenu.»

Les Blue Jays disputeront à nouveau deux matchs hors-concours au Stade olympique au début avril, et les billets se vendent au même rythme que l'an dernier (70 000 billets ont déjà trouvé preneur). «Je ne pense pas qu'on va mesurer ça en disant que la ville doit avoir les mêmes foules ou de meilleures foules que l'an dernier. Il y a toujours une hausse supplémentaire [la première année du retour d'un événement] et plusieurs facteurs rendent cette série plus compliquée cette année [au chapitre des assistances]», dit M. McHale fils, citant notamment le club adverse et le fait que les matchs auront lieu cette fois-ci durant deux fêtes religieuses, dont le week-end de Pâques.

Quoi faire? Être patient

Que doit faire Montréal pour maximiser ses chances d'avoir à nouveau une équipe du baseball majeur? Primo, «avoir un solide groupe de gens d'affaires qui souhaitent être actionnaires», dit John McHale fils. L'automne dernier, La Presse révélait que Stephen Bronfman, Bell, Mitch Garber (PDG de Caesars Acquisition) et Larry Rossy (PDG de Dollarama) sont au coeur du groupe de gens d'affaires qui cherchent à obtenir une équipe. M. McHale fils n'a pas voulu faire de commentaires sur cet aspect du dossier, si ce n'est pour préciser que «M. Bronfman est un homme d'une très grande qualité».

Deuxièmement, avoir un plan pour construire un nouveau stade. Et finalement, faire preuve de patience. «Il faut comprendre que c'est un long processus, dit John McHale fils. Les villes qui veulent une équipe du baseball majeur doivent être prêtes à patienter («hang in there») pour une bonne période de temps, car les occasions où une équipe est disponible ont tendance à être espacées dans le temps.» La dernière occasion ayant été le départ des Expos pour Washington en 2004.

«Au moins pour l'instant, un déménagement est une alternative légèrement plus susceptible [de se produire qu'une expansion], même si c'est loin d'être certain», dit John McHale fils, qui ne commente pas le dossier des Rays de Tampa Bay - l'équipe la plus susceptible de déménager selon plusieurs observateurs - sauf pour souligner les efforts du propriétaire Stuart Sternberg pour «pour s'entendre avec St. Petersburg pour explorer un site pour un nouveau stade».

Si le baseball majeur est intrigué par l'intérêt provenant de Montréal, il n'a pas évalué les conséquences de la baisse du dollar canadien pour une nouvelle équipe au Canada. «La probabilité de devoir trouver une autre ville pour une équipe n'est pas si pressante actuellement qu'il faille analyser les choses à ce niveau», dit John McHale fils.

Le nouveau commissaire du baseball majeur, Rob Manfred (entré en fonction en janvier), n'assistera pas aux matchs au Stade olympique le mois prochain. Comme l'an dernier, le commissaire sera représenté par John McHale fils, qui connaît bien Montréal car son père a été président et directeur général des Expos. «On ne devrait pas en tirer de conclusion, c'est sa première saison comme commissaire et il est en grande demande», dit John McHale fils.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Philippe Cantin | Ceci n'est pas une fabulation

    Philippe Cantin

    Ceci n'est pas une fabulation

    Le commissaire du baseball, Rob Manfred, ne sera pas au Stade olympique pour les deux matchs entre les Blue Jays de Toronto et les Reds de... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer