Pedro Martinez et Randy Johnson au Temple de la renommée

Pedro Martinez a remporté le trophée Cy Young... (Photo Shaun Best, archives Reuters)

Agrandir

Pedro Martinez a remporté le trophée Cy Young avec les Expos de Montréal en 1997.

Photo Shaun Best, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ronald Blum
La Presse Canadienne
New York

L'ex-lanceur des Expos de Montréal Pedro Martinez a été élu au Temple de la renommée du baseball, en compagnie du deuxième-but Craig Biggio et des lanceurs John Smoltz et Randy Johnson.

Martinez, Johnson et Smoltz font leur entrée à leur première année d'éligibilité. Biggio a dû attendre à la troisième occasion avant de recevoir un appel du Temple, lui qui était arrivé à deux votes seulement d'être admis l'an dernier. Le quatuor sera intronisé le 26 juillet prochain.

Martinez, vainqueur de trois trophées Cy Young - le premier avec les Expos - a vu son nom inscrit sur 500 bulletins de votes, soit 91,1%. Martinez a terminé sa carrière avec une fiche de 219-100, 3154 retraits sur des prises et a mené les majeures pour la moyenne de points mérités cinq fois. Il a aidé les Red Sox de Boston à remporter la Série mondiale en 2004, mettant ainsi fin à une disette de 86 ans.

«Mon corps changeait environ une demi-heure avant mes départs et je devenais ce gars sérieux, concentré, parce que mon père m'a toujours dit qu'il fallait aborder son travail de façon sérieuse, a indiqué Martinez. Je voyais tout le monde comme un ennemi et c'était la jungle pour moi: je devais "tuer" pour survivre. C'est le genre de concentration que je devais avoir afin d'être en mesure de le faire jour après jour.»

Le nom de Johnson, qui a amorcé sa carrière avec les Expos, s'est retrouvé sur 534 des 549 bulletins soumis par les membres de l'Association des chroniqueurs de baseball d'Amérique (BBWAA), soit 97,3% des bulletins soumis, le huitième plus haut total de l'histoire. Il a mis la main sur le Cy Young cinq fois au cours de sa carrière ponctuée de 303 victoires et de 4875 retraits sur des prises.

«Le Temple de la renommée n'a jamais occupé mes pensées, a dit Johnson. Je ne crois pas que les gens réalisent à quel point c'est difficile pour un gars de six pieds 10 de lancer une balle 60 pieds et six pouces plus loin. Afin de réussir cela, il faut être constant avec l'angle de votre bras. Pour quelqu'un de six pieds un ou six pieds deux, il y a moins de masse à garder en contrôle, alors c'est beaucoup plus facile.»

Smoltz a été choisi par 455 électeurs (82,9%) et rejoindra ainsi ses ex-coéquipiers des Braves d'Atlanta Greg Maddux et Tom Glavine, intronisés l'an dernier en même temps que le cogneur de puissance des White Sox de Chicago Frank Thomas. Smoltz, gagnant du Cy Young en 1996, est le seul lanceur de l'histoire du baseball majeur à avoir remporté au moins 200 victoires et sauvegardé 150 matchs. Il a complété sa carrière avec une fiche de 213-155 avec 154 sauvetages en plus de compiler une fiche de 15-4 en séries.

Biggio a vu son nom inscrit sur 454 bulletins de vote (82,7%), 42 de plus que le minimum requis. Il a frappé 3060 coups sûrs au cours de sa carrière de 20 saisons, toutes passées avec les Astros de Houston.

C'est la première fois de l'histoire du Temple de la renommée que trois lanceurs sont élus la même année. C'est également la première fois depuis 1955 que les membres de la BBWAA permettent à quatre joueurs de faire leur entrée au Temple. Cette année-là, ils avaient élu Joe DiMaggio, Gabby Hartnett, Ted Lyons et Dazzy Vance.

Piazza et Raines: pas cette année

Le receveur Mike Piazza est celui qui est passé le plus près du Temple sans toutefois y être admis, voyant son nom inscrit sur 69,9% des bulletins de votes, une augmentation par rapport aux 62,2% récoltés l'an dernier et aux 57,8% en 2013. Le nom d'un joueur doit être inscrit sur au moins 75% des bulletins de vote soumis par les membres afin d'être admis à Cooperstown. Il manquait 28 votes à l'ex-receveur des Dodgers et des Mets.

Jeff Bagwell a suivi avec 55,7%.

Au septième rang se trouve l'ex-voltigeur des Expos Tim Raines, joueur admissibile dont le pourcentage de votes a fait le plus grand bond en avant, passant d'une inscription sur 46,1% des bulletins en 2014 à 55% en 2015. Le temps joue toutefois contre lui, alors qu'il a déjà écoulé huit de ses 10 années d'éligibilité. Loin de jeter la serviette, Raines se sentirait plus en confiance s'il lui restait sept années d'admissibilité, mais le Temple de la renommée et la BBWAA ont modifié les règles en 2014, faisant passer de 15 à 10 le nombre d'années d'éligibilité.

«Aussi longtemps que mon nom apparaît sur les bulletins de votes, j'ai une chance, a déclaré Raines dans un entretien avec La Presse Canadienne. Mais je sens aussi que le temps joue contre moi, avec encore seulement deux ans d'admissibilité au lieu de sept. (...) Il y a une chose qui ne change pas cependant, ce sont vos statistiques.»

En 2502 matchs dans le Baseball majeur, dont 1452 avec les Expos, Raines a frappé 2605 coups sûrs, dont 430 doubles, 113 triples et 170 circuits. Celui qui a produit 980 points était aussi reconnu comme un marchand de vitesse: il a volé 808 buts en 954 tentatives.

Parmi les autres joueurs qui n'ont pas été admis cette année, notons Roger Clemens (37,5%) et Barry Bonds (36,8%). Clemens, seul septuple vainqueur du Cy Young, et Bonds, seul joueur à avoir été nommé sept fois joueur par excellence, en étaient tous deux à leur troisième année d'éligibilité. Mark McGwire, à sa neuvième année d'admissibilité, n'a été retenu que sur 10% des bulletins; Sammy Sosa sur 6,6% d'entre eux.

À sa 15e et dernière année d'éligibilité, le nom de Don Mattingly n'a été inscrit que sur 9,1% des votes.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer