Les Royals et les Giants sont prêts à s'affronter

Alex Gordon s'est élancé de toutes ses forces sur une balle rapide lors de... (Photo: AP)

Agrandir

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ben Walker
Associated Press
Kansas City

Alex Gordon s'est élancé de toutes ses forces sur une balle rapide lors de l'exercice au bâton, a maladroitement frappé une fausse balle qui a donné contre la cage des frappeurs et a dû se pencher pour éviter d'être atteint à la tête par le ricochet!

Gordon s'est esclaffé, à l'instar de plusieurs de ses coéquipiers des Royals de Kansas City qui assistaient à l'échauffement, lundi.

«Mon pote, je ne peux pas croire ce que je viens de voir!», s'est moqué le lanceur James Shields.

Une chose est certaine: il y aura plus de grincements de dents que de rires si les frappeurs des Royals et des Giants de San Francisco s'élancent de cette façon lors des matchs de la Série mondiale.

À la veille du premier duel, qui se tiendra mardi soir au stade Kauffman de Kansas City, les deux formations devront négocier avec une question qui revient bon an, mal an lors des séries éliminatoires: est-ce qu'un congé prolongé apporte un repos bénéfique, ou une certaine torpeur?

Buster Posey et les Giants ont prestement vaincu les Cardinals de St. Louis et seront à la recherche d'un troisième titre en cinq ans. Lorenzo Cain et les Royals ont déplumé les Orioles de Baltimore encore plus rapidement, et atteint la Série mondiale pour la première fois depuis 1985.

Et là, ils se tous reposés. Pendant une éternité, du moins par rapport à ce que l'on a l'habitude de voir en octobre.

Les Royals ont gagné leurs huit matchs éliminatoires dans la Ligue américaine, leur procurant cinq jours de congé avant de se tourner vers Shields pour le match d'ouverture. Du côté de la Ligue nationale, les Giants ont affiché un dossier plus que respectable de 8-2, et ils auront eu droit à quatre jours de détente avant que Madison Bumgarner ne se présente au monticule, mardi.

«Il n'y a pas de doute que c'est différent parce que nous avons joué tellement de matchs au cours des sept ou huit derniers mois. Mais vous comprenez que ça peut arriver», a noté Posey.

Comme le démontre l'histoire récente, les frappeurs peuvent devenir très vulnérables lorsqu'ils perdent leur synchronisme.

En 2012, Miguel Cabrera, qui venait de remporter la Triple couronne dans la Ligue américaine, et ses coéquipiers des Tigers de Detroit ont eu droit à presque une semaine de congé avant d'aborder la Série mondiale. Puis, ils ont été limités à six points et une moyenne au bâton de ,159 et ont été balayés par les Giants.

En 2007, Troy Tulowitzki et les Rockies du Colorado se sont rapidement qualifiés pour la Série mondiale, ont attendu pendant une semaine et ont été dominés 29-10 par les Red Sox de Boston, qui l'ont également emporté en quatre matchs.

La saison précédente, Magglio Ordonez et les Tigers avaient vécu un sort identique contre les Cardinals de St. Louis, subissant l'élimination en cinq petites rencontres.

Omar Infante évoluait avec les Tigers en 2006 et en 2012, et il avait d'ailleurs excellé face aux Giants, affichant une moyenne au bâton de ,333.

«Ce sont de courtes séries et vous avez besoin d'un peu de chance. Nous avons perdu quatre matchs consécutifs et ils sortaient d'une série qui s'était rendue à la limite. Dans cette série, je pense que les deux équipes sont d'égale force.»

De leur côté, Shields et Bumgarner ne semblaient pas soucieux.

Shields en sera à son premier départ depuis le 10 octobre, et il dit s'être reposé en vue du match de mardi.

Nommé joueur par excellence de la série de championnat de la Ligue nationale, Bumgarner a jusqu'à maintenant passé 249 manches au monticule, et amorcé quatre matchs depuis le début des séries éliminatoires.

Sa dernière sortie remonte à jeudi dernier, lorsqu'il a aidé les Giants à éliminer les Cardinals.

«Honnêtement, je me sens mieux que jamais et c'est ainsi depuis deux mois», a confié le gaucher des Giants.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Tim Lincecum attend son tour

    Baseball

    Tim Lincecum attend son tour

    Tim Lincecum a marché discrètement à travers le vestiaire avant l'entraînement de samedi et a étiré son bras gauche au moment où il est passé devant... »

  • Série mondiale: un duel étonnant

    Baseball

    Série mondiale: un duel étonnant

    Le mystère plane sur cette Série mondiale entre les Royals de Kansas City, toujours invaincus en séries éliminatoires, et les Giants de San... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer