Le fil de notre histoire

Sophie Lachapelle confectionne les linges de la collection... (Photo Mathieu Wadell, La Presse)

Agrandir

Sophie Lachapelle confectionne les linges de la collection Quelle Histoire!

Photo Mathieu Wadell, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Qu'ont en commun la vache et le cheval canadiens, la poule Chantecler et le melon de Montréal? Ce sont quatre fleurons du patrimoine agroalimentaire québécois qui ont frôlé l'extinction et qui, grâce à la vigilance de quelques passionnés, font aujourd'hui l'objet de mesures de protection et de valorisation.

Qu'ont en commun la vache et le cheval... (Photo Mathieu Wadell, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Photo Mathieu Wadell, La Presse

Ce sont aussi les thèmes que Sophie Lachapelle a choisi de mettre en valeur sur les quatre premiers essuie-verres lancés par sa petite entreprise, Quelle Histoire!, qui s'est donné pour mission de faire connaître aux Québécois les fondements de leurs traditions culinaires et agricoles. Rien que ça.

C'est d'abord à titre de journaliste que Sophie Lachapelle s'est intéressée à ce patrimoine méconnu, alors qu'elle écrivait un article sur le melon de Montréal pour le magazine L'actualité. En creusant un peu, elle s'est rendu compte de l'étendue de notre amnésie collective et a voulu y remédier.

«Les Français connaissent tous la poule de Bresse, explique-t-elle. Ils savent tous que le Paris-Brest est inspiré d'une course de vélo. Pourquoi n'en serait-il pas de même chez nous?»

Le moyen qu'elle a trouvé pour diffuser l'information - des linges à vaisselle - ne manque pas d'originalité. Mais d'où lui est venue cette idée? «Bon, j'ai un peu une obsession pour le linge de maison, dit Sophie Lachapelle en riant. Mais tout le monde a besoin de linges à vaisselle, non? On peut les offrir en cadeau à des visiteurs, les rapporter en souvenir, se les offrir à soi-même... Je me suis dit que c'était quand même plus original qu'un t-shirt "I love Montréal!" Bien des gens trouvent d'ailleurs nos linges si jolis qu'ils décident de les encadrer!»

Beaux, utiles, agréables... et généreux!

Vrai qu'ils sont bien plus que de simples torchons, les linges de Quelle Histoire! Leur design, confié à la prestigieuse firme Paprika, est inspiré d'illustrations anciennes, notamment de celles qu'un certain frère Wilfrid, de l'abbaye d'Oka, avait réalisées pour définir les caractéristiques de la poule Chantecler, une race qu'il avait lui-même mise au point entre 1908 et 1919 après plusieurs croisements.

On a l'air savant, comme ça, mais c'est justement le genre de chose qu'on append grâce aux essuie-verres de Quelle Histoire!, puisque les concepteurs ne se sont pas contentés d'y imprimer un dessin: ils ont aussi reproduit l'historique de chaque sujet, dans une charmante graphie manuscrite tout en fantaisie. Le résultat, ludique, joyeux, sur un beau coton de qualité, donne non seulement envie d'en apprendre plus, mais aussi d'acquérir toute la collection et même (presque) d'essuyer la vaisselle!

Le dernier-né de la série est consacré au cheval canadien, introduit en Nouvelle-France il y a exactement 350 ans cette année. Il est en vente (comme ses frères) sur le site de l'entreprise, et on pourra se le procurer à compter du 10 septembre dans les points de vente qui distribuent déjà les trois autres, au prix très raisonnable de 18,95$ chacun.

L'ultime beauté de la chose, c'est qu'une partie des recettes est versée à Slow Food Montréal pour financer l'Arche du goût, qui veille (comme l'arche de Noé) à la sauvegarde et à la promotion des races et semences patrimoniales québécoises.

Si tout va comme prévu (et, jusqu'ici, tout va... un peu plus vite que prévu!), Quelle Histoire! lancera deux nouveaux thèmes par année - un au printemps, un à l'automne-, et il n'est pas exclu que des tabliers s'ajoutent à la collection.

Pouding chômeur

Des indices sur les prochains thèmes? «En ce moment, je fais des recherches sur la véritable origine du pouding chômeur, dit Sophie Lachapelle. Aussi étrange que cela puisse paraître, il n'existe rien de certain, on n'a que des légendes. J'ai interrogé des historiens, passé des jours à la bibliothèque, et je cherche toujours!»

Avis à ceux, donc, qui détiendraient des renseignements de première main: Sophie Lachapelle est preneuse.

quelle-histoire.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer