Denise ou le design anti-frigo

Élyse Leclerc et Gabrielle Falardeau... (Photos fournies par Jarre)

Agrandir

Élyse Leclerc et Gabrielle Falardeau

Photos fournies par Jarre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Claudia Guerra

Collaboration spéciale

La Presse

Avec «Denise», un meuble mural en trois modules, Gabrielle Falardeau et Élyse Leclerc nous invitent à redécouvrir les méthodes ancestrales de conservation des aliments et à trouver une place aux fruits et légumes en dehors du réfrigérateur.

Avec «Denise», un meuble mural en trois modules,... (Photos fournies par Jarre) - image 1.0

Agrandir

Photos fournies par Jarre

Connu depuis l'automne dernier sous l'appellation de Turquoise et Échalote, le nom de l'atelier de Gabrielle Falardeau et Élyse Leclerc a changé pour Jarre.

«C'est une référence au pot en grès, à l'art de la table et à la conservation. On veut aller dans un marché international et Turquoise et Échalote nous limitait», explique Élyse Leclerc. «C'est plus mature aussi, ça fait moins ''deux petites filles''», renchérit Gabrielle Falardeau.

En plus d'offrir un service de consultation en design durable aux entreprises liées à l'alimentaire, ces deux amies formées en ébénisterie conçoivent différents objets pour la cuisine, dont des planches à découper munies de fentes pour les couteaux et Denise, un mobilier qui met les fruits et légumes en valeur en dehors du frigo.

«Élyse est arrivée avec cette idée d'un meuble pour conserver les fruits et légumes il y a trois ans. On a réalisé un prototype, une sorte d'armoire, qu'on a fait tester chez une famille l'an dernier. Puis, après avoir beaucoup discuté avec des professeurs en design, on a décidé de créer des sections murales indépendantes qu'on peut déposer sur le comptoir», raconte Gabrielle Falardeau.

Inspiré par le projet «Safe Food from the Refrigerator» de l'artiste coréenne Jihyun Ryou, et développé à la suite d'un long processus, Denise est composé de trois parties qui reprennent des techniques oubliées, comme l'entreposage de légumes racines à la verticale. «On les plante dans la terre ou le sable», précise Élyse Leclerc. Ou encore le fait de se servir des pommes pour absorber l'humidité des patates et ainsi retarder la germination.

En céramique et muni de lattes de bois, l'un des modules est conçu pour les fruits et légumes qui ont besoin d'être hydratés (dans ce cas-ci, l'humidité est produite par évaporation) et qui supportent mal les basses températures. On pense aux zucchinis, aux concombres, aux aubergines. «On veut conscientiser les gens au fait que ce ne sont pas tous les aliments qui vont au frigo», ajoute-t-elle.

Un projet participatif

La conception des trois modules enfin achevée, les deux entrepreneuses veulent désormais se détacher de la production artisanale, tout en privilégiant la fabrication locale.

Pour ce faire, Jarre a lancé le 18 juin une campagne de financement participatif avec Kickstarter. L'objectif de 15 000$ a été atteint en seulement deux semaines. «Notre céramiste Daniel Gingras a une presse qui nous permettrait de mouler sous pression jusqu'à 100 et 200 bols par jour, mais les moules coûtent cher, entre 3000 et 4000$ par section. Pour appuyer le projet, on fait de la prévente», explique Élyse Leclerc.

En plus de Denise, dont la livraison est prévue pour septembre, les jeunes femmes travaillent en collaboration avec la designer textile Mercedes Morin pour la confection d'une mini-collection de linge de cuisine et de table en tencel, coton et lin, aussi à venir à l'automne.

«On est dans une ère où tout le monde démarre son entreprise. On veut rassembler, favoriser la collaboration, s'entraider et jumeler les talents de chacun», affirme Gabrielle Falardeau.

En affaires depuis plusieurs années (elles étaient traiteuses lorsqu'elles étaient à l'université), les deux amies connaissent leurs forces: créer des relations et imaginer des produits dans le but de nous sensibiliser au gaspillage alimentaire et de promouvoir une alimentation saine. Leur rêve ultime? Concevoir une cuisine modulaire et écologique.

Les prix

Le bol à fruits et légumes et le mini-caveau Denise se détailleront 215$ en bois d'érable et 185$ en essence de noyer. La boîte en bois pour les pommes de terre et les pommes, qui comprend également un tiroir pour l'ail et les oignons, sera offerte à 390$ pour la version en érable et à 340$ pour celle en noyer.

http://jarre.ca/

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer