Petits espaces, grandes possibilités

Voici l'une des chambres d'enfant... (Photo Yan Doublet, le Soleil)

Agrandir

Voici l'une des chambres d'enfant

Photo Yan Doublet, le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(LE SOLEIL) Hélène et ses deux enfants, Juliane et Thomas, vivent dans un condo de 750 pi2 sans se marcher sur les pieds. Chacun a sa chambre bien rangée et son coin pour jouer. Voici comment ils y sont parvenus.

Bien sûr, la vie de famille d'Hélène et de ses enfants se passe aussi « dehors », à la bibliothèque, à la piscine, au parc et à la patinoire. Pas besoin, donc, de salle de télé à la maison. S'ils veulent écouter un film, ils créent «un petit événement » en se rassemblant sur le lit d'Hélène devant l'ordinateur portable. Les disques ? Ils ont tous été téléchargés sur l'ordinateur. Les livres ? La bibliothèque est au coin de la rue, plus personne n'en achète dans la maisonnée. Sans télé, sans livre, ni disque, un intérieur respire, les étagères s'aèrent, l'espace s'agrandit. Quand il n'y a rien à épousseter, le temps aussi prend de l'expansion.

Hélène Breton s'intéresse au design en dilettante, mais avec passion. Elle a acheté ce condo qui logeait deux appartements dans le quartier Saint-Roch, à Québec, et l'a métamorphosé en charmant «cinq et demi» grâce au logiciel de plans Live Interior. Son copain Xavier, qui occupe le condo du deuxième étage avec sa propre fille, a participé à cette aventure d'autoconstruction. Pour avoir ses trois chambres, Hélène a sacrifié la baignoire. Afin de gagner de l'espace dans les quartiers des jeunes, elle leur a conçu des lits en mezzanine, sous lesquels elle a glissé une table et une petite commode. Les lits sont dotés de barrières amovibles munies d'un système de blocage ; elles peuvent être dissimulées sous les matelas. Les garde-robes sont remplies de haut en bas. Les portes sont coulissantes et sans poignée.

Le salon et la cuisine occupent le même espace de 10 pieds de largeur, dominé par le bois brut des armoires et du comptoir IKEA. Hélène a elle-même fabriqué la table dans le prolongement de l'îlot de hêtre, qui ne fait que deux pieds de largeur. Des tables si minces sont introuvables en magasin.

Un canapé qui se transforme en lit, un coffre et une étagère-échelle achetée chez EQ3 constituent l'essentiel de l'ameublement du salon. Il n'y a pas de carpette et c'est exprès. Les enfants s'installent parfois par terre avec des jeux de société. Sous sa banale simplicité, le coffre renferme des trottinettes pliantes, des raquettes de badminton, des diabolos, des cordes à danser, « de tout pour se tenir occupé loin de la télé », dit la maman.

Photos flottantes

La décoration est minimaliste. «Moins j'en ai, mieux je me porte », résume Hélène.Au-dessus du canapé, neuf photos flottantes sur plexiglasmettent de la couleur dans cette pièce tout en longueur qui donne sur une cour intérieureravissante. «La photo, les voyages et la construction sont nos passions », s'enthousiasme la propriétaire.

Sa chambre se trouve au fond du condo, carré minuscule où le lit queen à tiroirs est roi. Elle a calculé ses dimensions pour que la penderie IKEA occupe tout un mur. Les vêtements, les chaussures, les couvertures, les bijoux, tout y est, caché par les doubles portes au fini bois surmontées de luminaires encastrés. Une chambre n'a pas à se prendre pour une salle de bal.

Hélène a la chance d'avoir accès à une partie de la cave, où elle a installé sa laveuse et sa sécheuse. La descente est ceinturée d'une tablette étroite où elle a placé l'imprimante, la base du téléphone, des carnets de notes, des stylos. Qui a besoin d'un meuble spécifique pour le téléphone ? Les marches d'escalier font de petits sièges impromptus pour les conversations amicales et professionnelles.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer