Cinquante nuances de blanc

Il est nécessaire d'examiner la couleur choisie à... (PHOTO FOURNIE PAR BENJAMIN MOORE)

Agrandir

Il est nécessaire d'examiner la couleur choisie à la lumière du jour afin de bien distinguer leur état naturel, rappelle Geneviève Paiement, chef de marque chez Sico.

PHOTO FOURNIE PAR BENJAMIN MOORE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rosé, bleuté, grisé, crémeux... Le blanc, couleur a priori la plus simple du monde, peut devenir infiniment complexe lorsqu'on tente de le figer sur un mur. Mais il suffit de choisir la bonne teinte et de l'agencer à sa juste valeur pour qu'il se révèle une carte maîtresse en décoration. Petit guide de son utilisation.

Grand classique en décoration, le blanc est toujours là sans qu'on le remarque à tout coup. Mais voilà qu'il vit un grand honneur: Benjamin Moore a désigné une de ses nuances, le «Simplement blanc», comme couleur de l'année 2016.

Il s'agit d'une douce victoire pour le blanc, que certains considèrent à peine comme une «vraie» couleur. Benjamin Moore tient pourtant près de 250 nuances de blanc dans sa palette, dont le désormais célèbre OC-117, alias «Simplement blanc».

«C'est un choix qui allait de soi», affirme d'emblée Sophie Bergeron, directrice couleur et design chez Benjamin Moore. Avec les autres membres du Conseil couleur de l'entreprise, elle a fait le tour des salons internationaux pour décrypter les tendances. «Les couleurs, c'est cyclique, ça évolue, note-t-elle. Et cette année, on a découvert le blanc.»

Pour elle, le blanc est tout sauf ennuyant. «On a l'impression que les gens l'associent automatiquement à un décor aseptisé, déplore-t-elle. Mais pas du tout. Quand on regarde la couleur de l'année, c'est un blanc chaud, crémeux, mais qui n'a pas une trop forte sous-teinte de jaune.»

Une toile vierge

Véritable couleur caméléon, l'aspect passe-partout du blanc en fait un de ses plus grands atouts.

«Chaque designer a un blanc tout-aller. C'est comme une toile vierge sur laquelle on peut baser toute sa déco.»

Le blanc est effectivement habitué à jouer les seconds violons pour mettre en valeur les autres éléments de décoration. «Il va soutenir les autres couleurs, les ancrer dans l'espace», souligne Sophie Bergeron. Il sait se montrer discret pour rehausser les autres couleurs du spectre.

Les mille et une facettes du blanc se dévoileront également en fonction de l'éclairage, poursuit Mme Bergeron: «La façon dont la lumière joue sur le blanc est très importante.» Pour compliquer les choses, un blanc peut également changer de teinte lorsqu'on le compare à une autre nuance de la palette. «Un blanc, on n'en ressent toute la richesse que quand on le compare à un autre blanc. C'est là qu'on voit vraiment les couleurs émerger», conclut Mme Bergeron.

Chaud ou froid?

En se prêtant au jeu des comparaisons, on constate que la pureté du blanc est toute relative. Certaines nuances se montrent assez neutres, mais elles tirent davantage vers le chaud ou vers le froid en fonction de la sous-teinte dont elles sont composées. «Les blancs chauds sont plutôt teintés de brun, de jaune ou de rose, remarque Geneviève Paiement, chef de marque chez Sico. Quant aux blancs froids, ils contiennent des couleurs comme le gris, le bleu ou le vert.»

Il est important de tenir compte de la sous-teinte d'un blanc, soutient Mme Paiement; autrement, il peut facilement jurer avec le reste d'un décor.

«Le blanc ne va pas nécessairement avec tout. C'est donc important de prendre des échantillons pour valider la teinte qu'on choisit.»

Mme Paiement suggère d'examiner les échantillons à la lumière du jour pour bien les voir à leur état naturel. Puis, le soir, on peut aussi les regarder sous l'éclairage artificiel, sur le mur où ils seront apposés.

La quantité de luminosité dans une pièce influe également sur la teinte que le blanc prendra. «Pour une pièce orientée au nord, donc moins ensoleillée, un blanc aura l'air plus froid, plus gris, expose Geneviève Paiement. Dans ce cas, il peut être intéressant de pencher en faveur d'un blanc avec du jaune dedans, qui sera plus lumineux.»

Ce n'est pas fini... Il reste les finis!

Ouf! Vous avez enfin choisi votre blanc? Eh bien, vous n'êtes pas encore tiré d'affaire, puisqu'il faut maintenant opter pour le bon fini. La designer d'intérieur Nicole Spain nous a aidés à démêler velouté, satiné et mat.

Du plus mat au plus lustré, on devrait retrouver...

> Les plafonds

Les plafonds doivent toujours être peints en mat (0 à 5 % de lustre). «Un plafond n'est jamais parfait, et ça prend du mat pour ne pas voir les imperfections», explique Nicole Spain.

Le mat ne se nettoie pas, mais ce n'est pas un problème pour les plafonds, qui se salissent rarement...

> Les murs

Pour les murs, la designer suggère d'opter pour du velouté, qui contient de 5 à 12 % de lustre.

«Le cachemire et le chamois ont un beau fini, mais ils sont plus chers. À mon avis, ce n'est pas nécessaire pour du blanc», affirme Nicole Spain. Pour une couleur foncée, par contre, il serait préférable d'opter pour du cachemire ou du chamois sur les murs.

> Les moulures, les boiseries et les portes

On peut y aller avec un fini satin (20 à 30 % de lustre). Les moulures vont ainsi davantage ressortir. «Il y aura une belle démarcation dans les blancs, souligne Nicole Spain. Et en plus, c'est lavable. Car tout le monde met ses mains sur les boiseries!»

__________________________________________________________________________________

Note: Pour les besoins de l'exercice, nous avons utilisé la classification de l'entreprise Sico. Nous avons aussi tenu pour acquis que le même blanc avait été appliqué partout.

Bianca Wippe a construit un décor tout blanc... (PHOTO FOURNIE PAR BIANCA WIPPE) - image 2.0

Agrandir

Bianca Wippe a construit un décor tout blanc tacheté de gris, de noir et de verdure.

PHOTO FOURNIE PAR BIANCA WIPPE

Un décor scandinave bien de chez nous

Bianca Wippe occupe un appartement dans une maison centenaire à Granby, en face d'un parc. Elle est l'auteure confidentielle d'un blogue pourtant lu dans plusieurs pays du monde, où elle dévoile quelques bribes de son intérieur minimaliste. Elle a accepté de nous expliquer comment elle a construit son décor tout blanc tacheté de gris, de noir et de verdure.

> Blanc lumineux

Après avoir peint ses murs de toutes les couleurs, Bianca Wippe ne jure maintenant que par le blanc. «Et le gris, parfois», glisse-t-elle.

Puisque la salle à manger est la pièce la moins lumineuse de la maison, Bianca a choisi d'y disposer peu de meubles pour laisser le blanc refléter la lumière. Seuls quelques éléments ponctuent la pièce: une pile de magazines posés par terre «qui apportent de la couleur» et des plantes «pour mettre plus de vie».

Autour de la table, toutes les chaises sont noires, mais chaque modèle est différent. Et c'est voulu ainsi. «Mixer les chaises donne un caractère moins austère à la table, explique la blogueuse. Ça joue aussi sur l'ambiance.»

> Blanc laqué

Toujours dans la salle à manger, Bianca a déposé quatre pots de plante sur un meuble blanc. Elle possède d'ailleurs une cinquantaine de végétaux dans son huit-pièces!

Le fini brillant du mobilier contraste avec le blanc qui recouvre les murs, plus bleuté. «J'ai choisi un meuble laqué pour faire ressortir les éléments sur le blanc pur, et ainsi jouer avec les textures», souligne-t-elle.

> Gris doux

Conçu dans une esthétique épurée, le bureau est calqué sur le style scandinave, admet Bianca. «Il y a peu de choses, note-t-elle. Une table, un bloc-notes au mur, une étagère [une String, commandée en Europe]...» D'ailleurs, cette photo a été partagée un nombre incalculable de fois sur les réseaux sociaux, où elle a fait fureur.

«Je ne voulais pas un décor trop noir et blanc dans le bureau, affirme Bianca. Pour donner un effet doux, j'ai utilisé un gris pâle pour les accessoires.»

> Cube blanc et faux canapé

Bianca Wippe n'aime pas les sofas. Par conséquent, elle en a improvisé un... avec d'anciens matelas de bateau! Elle les a simplement recouverts d'un drap gris pour une illusion totale. La literie est d'ailleurs un accessoire clé dans son aménagement: «J'ai cinq ensembles différents de draps gris!»

Bricoleuse dans l'âme, Bianca a aussi modifié de ses mains la petite table blanche. «J'ai remplacé le morceau de bois qui se trouvait sur le dessus par une planche plus mince, pour ainsi donner l'effet cube», explique-t-elle.

> Blanc et anthracite

La chambre se trouve à l'étage. Sur son lit, Bianca a empilé les teintes de gris, du très pâle à l'anthracite. Pour augmenter la sensation de confort, elle aime aussi mélanger les textures des draps, des oreillers et des couvertures, qui vont du lin au coton pur.

Sur les murs, elle a appliqué une teinte plus froide. «C'est un blanc un peu gris, mais qui absorbe énormément la couleur et qui va varier selon la pièce», énonce-t-elle.

> Robe noire sur fond blanc

Toujours dans la chambre, un morceau de linge est accroché au mur. «Mes robes deviennent un accessoire décoratif», lance Bianca. À part quelques éléments ici et là, la décoration de la chambre reste assez minimaliste.

La chambre de l'Australienne Eliza Landgren, dans les... (PHOTO FOURNIE PAR ELIZA LANDGREN) - image 3.0

Agrandir

La chambre de l'Australienne Eliza Landgren, dans les tons de «blanc sur blanc sur blanc».

PHOTO FOURNIE PAR ELIZA LANDGREN

Zen à l'australienne

Eliza Landgren est une star d'Instagram. La jeune Australienne qui vit sur la Sunshine Coast fait rêver les internautes avec ses photos de couchers de soleil au bord de la mer, où elle enchaîne les poses de yoga parfaites. Mais un autre élément n'est pas étranger au succès de la belle grande blonde : son style minimaliste. Une sobriété qu'elle perpétue jusque dans sa chambre à coucher.

Car dans la pièce où elle dort, tout est d'un blanc immaculé: les murs et les planchers, mais aussi le lit, les draps et les rideaux. Un décor «blanc sur blanc sur blanc» qu'elle n'a ponctué que de petites touches de couleur: une plante et son tapis de yoga, posé juste à côté de son matelas - pour pouvoir s'étirer dès le saut du lit.

Étudiante, elle n'avait pas beaucoup d'argent pour décorer sa chambre. Ses goûts minimalistes lui ont permis de parvenir à ce résultat avec un maigre budget, mais en investissant dans certains éléments clés. Par exemple, Eliza a choisi d'acheter ses rideaux chez IKEA pour une bouchée de pain, pour plutôt investir dans un matelas d'excellente qualité qui soulage ses graves maux de dos.

De plus, n'ayant pas les moyens d'acheter une base de lit en bonne et due forme, elle en a fabriqué une elle-même avec des palettes de bois recyclées qu'elle a peintes en blanc.

Sur son blogue, elle explique comment elle a procédé - un exercice moins facile qu'elle l'avait d'abord cru. Heureusement, tout était ensuite en place pour une séance de relaxation dans son décor zen!

Rosé, bleuté, grisé, crémeux... Le blanc,... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Comment choisir la bonne teinte?

Qu'est-ce qui ressemble plus à un blanc qu'un autre blanc? Il faut vraiment placer les échantillons côte à côte pour que leurs sous-teintes se révèlent. Nous avons fait l'exercice avec quelques nuances de blanc proposées par trois entreprises.

> Blanc décorateur, CC-20, Benjamin Moore: «Le Blanc décorateur a une légère sous-teinte de gris, qui est encore plus présente que dans le Nuage diffus, énonce Sophie Bergeron. Ce que j'aime, c'est qu'il me fait vraiment penser à un ciel gris d'automne.»

> Nuage diffus, OC-68, Benjamin Moore: «C'est un blanc qui est froid, qui est aseptisé. On peut l'utiliser quand on veut un blanc froid presque pur», dit Sophie Bergeron, directrice couleur et design, chez Benjamin Moore.

> Blanc pur, Sico: «Le Blanc pur est notre blanc le plus neutre, qui s'agence vraiment avec tout», explique Geneviève Paiement, chef de marque chez Sico. Ce blanc ne porte pas de numéro, car il n'a pas de «recette».

> Blanc nébuleux, CC-40, Benjamin Moore: Ce blanc chaud est le plus aimé des professionnels depuis plus de 20 ans, selon Sophie Bergeron. «Ce que j'aime de ce blanc-là, c'est qu'il a une légère sous-teinte de gris et de crème à l'intérieur. Il s'agence donc facilement avec presque toutes les couleurs du spectre.»

> All White, No. 2005, Farrow & Ball: L'entreprise britannique Farrow & Ball compte quelques détaillants à Montréal. Nous avons pris nos pots d'échantillons à la quincaillerie Hogg Hardware, à Westmount.

> Blanc Satie, 6172-11, Sico: Le blanc Satie est teinté de mauve, donc plus froid. Selon Geneviève Paiement, il s'agit d'un blanc très prisé.

> Blanc naturel, 6000-11, Sico: Avec sa sous-teinte de jaune, c'est plutôt un blanc chaud.

> Wevet, No. 273, Farrow & Ball: Selon Wilder Wall de la quincaillerie Hogg Hardware, le «Wevet» est un blanc plus froid, qui tire sur le gris.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer