En quatre mots: six Français interdits de quitter le pays

Des soldats français patrouillent dans les rues de... (PHOTO LIONEL CIRONNEAU, ARCHIVES AP)

Agrandir

Des soldats français patrouillent dans les rues de Nice, le 4 février.

PHOTO LIONEL CIRONNEAU, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(PARIS) La France passe de la parole aux actes et applique sa nouvelle loi antiterroriste. Six Français, que les autorités soupçonnaient de vouloir partir faire le djihad en Syrie, ont vu leurs passeport et cartes d'identité confisqués. Des dizaines d'autres pourraient subir le même sort. Quatre mots pour comprendre.

Interdiction

Une quarantaine d'interdictions de sortie du territoire français sont «en préparation», a indiqué hier le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, ajoutant que l'action du gouvernement pour freiner les départs de djihadistes potentiels vers des zones de combat «va monter en puissance» prochainement. Déjà, les passeports et les cartes d'identité de six hommes de 23 à 28 hommes ont été confisqués. Au Canada, l'auteur de la fusillade au parlement, Michael Zehaf Bibeau, et le tireur de Saint-Jean-sur-Richelieu, Martin Couture-Rouleau, s'étaient tous deux fait confisquer leur passeport, les autorités canadiennes craignant qu'ils se rendent en Syrie.

Loi

C'est la première fois que la France applique sa nouvelle loi antiterroriste, adoptée en novembre dernier, mais dont l'application n'a été décrétée qu'après les attentats contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo et l'épicerie casher de Paris, qui ont fait un total de 17 morts en trois jours. La loi prévoit que les autorités peuvent saisir les documents de voyage de personnes dont elles ont des raisons sérieuses de croire qu'elles projettent «des déplacements à l'étranger» pour y participer à des «activités terroristes».

Djihadisme

Un mois après les attentats du début janvier, le premier ministre Manuel Valls annonçait que 1400 Français avaient été identifiés comme «étant en relation» avec des filières djihadistes. Plusieurs rapports indiquent que la France serait le pays d'Europe qui envoie le plus important contingent de djihadistes occidentaux vers les zones de combat. «Si des Français partent commettre des exactions en Irak et en Syrie, à leur retour, ils représentent un danger plus grand encore pour le territoire national et risquent de commettre des actes terroristes de grande ampleur», a déclaré hier Bernard Cazeneuve.

Prévention

Depuis les attaques qui ont secoué la France, le gouvernement intensifie sa lutte contre le terrorisme et la radicalisation de ses propres ressortissants. Fin janvier, le gouvernement français a lancé www.stop-djihadisme.gouv.fr, une campagne, sur l'internet et les réseaux sociaux, de prévention de la radicalisation, avec une vidéo-choc destinée aux jeunes. Des frappes antidjihadistes menées dans les dernières semaines ont aussi mené à l'arrestation de huit personnes dans les régions de Paris et de Lyon, puis six personnes d'une même filière djihadiste dans la région de Toulouse.

-Avec l'Agence France-Presse

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer