Réforme fiscale: Trump rejette les critiques des républicains

Donald Trump estime qu'il n'a pas d'autre choix que... (Photo Carolyn Kaster, archives AP)

Agrandir

Donald Trump estime qu'il n'a pas d'autre choix que de travailler avec le groupe démocrate, qui détient 48 sièges sur 100 au Sénat, puisque tout projet de loi significatif requiert de facto une majorité de 60 voix dans la chambre haute.

Photo Carolyn Kaster, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Donald Trump a vivement rejeté vendredi les critiques des élus républicains sur sa décision de sceller un accord avec les démocrates du Congrès sur la dette, les appelant sèchement à se mettre au travail et à faire preuve de plus d'efficacité.

Dans une série de tweets matinaux, le président américain s'en est pris avec virulence aux ténors de son propre camp qui ont, à mots plus ou moins couverts, exprimé leur surprise et leur désarroi après sa décision de s'entendre avec l'opposition démocrate afin d'éviter un défaut de paiement et une paralysie budgétaire fin septembre.

«Désolé les républicains, mais cela fait sept que j'entends ''Abroger et remplacer (Obamacare)'' et il ne s'est rien passé!», a-t-il lancé dans une allusion aux efforts vains des élus pour mettre fin à la réforme du système de santé mise en place par son prédécesseur Barack Obama.

«Les républicains doivent se mettre à travailler sur un projet de réforme fiscale dès que possible», a-t-il ajouté quelques minutes plus tard.

«N'attendez pas fin septembre. Elle est plus nécessaire que jamais. Dépêchez-vous!».

Le locataire de la Maison-Blanche estime qu'il n'y a pas d'autre choix que de travailler avec le groupe démocrate, qui détient 48 sièges sur 100 au Sénat, dans la mesure où tout projet de loi significatif requiert de facto une majorité de 60 voix dans la chambre haute.

Le camp républicain, qui contrôle à la fois la Chambre des représentants et le Sénat, redoute de payer cher les changements de pied du locataire de la Maison-Blanche lors des élections de mi-mandat, prévues en novembre 2018.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer