Le FBI ne dira pas à Apple comment il a débloqué son iPhone

La police fédérale américaine (FBI) a affirmé mercredi qu'elle ne dévoilera pas... (PHOTO AP)

Agrandir

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

La police fédérale américaine (FBI) a affirmé mercredi qu'elle ne dévoilera pas à Apple comment elle a réussi à débloquer l'iPhone d'un des auteurs de l'attentat de San Bernardino, une affaire dans laquelle la marque à la pomme avait refusé d'apporter son aide.

La justice avait ordonné à Apple d'aider le FBI pour déverrouiller l'appareil, susceptible de contenir des preuves importantes pour l'enquête sur cet attentat qui avait fait 14 morts début décembre en Californie. Mais le géant informatique avait vigoureusement refusé, mettant en avant la protection de la vie privée de ses clients, et les enquêteurs ont dû faire appel à un prestataire extérieur pour finalement parvenir à entrer dans l'iPhone en question.

Mercredi, le FBI a indiqué qu'il n'expliquerait pas à Apple comment il a réussi à déverrouiller l'iPhone, invoquant une raison toute simple: les enquêteurs ne savent pas précisément comment a procédé le prestataire qui les a aidés.

«Le FBI a acheté la méthode à une tierce partie pour pouvoir débloquer l'appareil de San Bernardino», explique un communiqué de Amy Hess, directrice adjointe du FBI en charge de la science et de la technologie.

«Toutefois, nous n'avons pas acheté les droits sur les détails techniques, sur comment fonctionne cette méthode, quelle est la nature de la vulnérabilité qui a permis de débloquer l'appareil», a-t-elle ajouté.

Le FBI a déboursé plus de 1 million de dollars pour payer ce prestataire qui a débloqué l'appareil. Les enquêteurs n'ont pas précisé quels éléments ils avaient trouvé sur le téléphone mais ils ont affirmé y avoir découvert des preuves importantes dans le cadre d'une enquête sur un problème de sécurité nationale.

Certains estiment que le FBI doit dévoiler à son fabricant la méthode utilisée pour déverrouiller l'iPhone, ce qui permettra à celui-ci d'apporter quelques modifications pour pallier à une éventuelle brèche dans la sécurité de ses appareils.

À ce titre, Mme Hess a encore précisé qu'«actuellement nous n'avons pas suffisamment d'informations techniques sur une quelconque vulnérabilité qui permettrait des modifications substantielles» par Apple pour améliorer encore davantage la sécurité de ses iPhone.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer