Des étudiantes forcées de se poser des sondes vaginales

Selon la plainte, les étudiantes ont «subi des... (Archives La Presse)

Agrandir

Selon la plainte, les étudiantes ont «subi des sondes intrusives presque chaque semaine» en dépit du fait que l'université possède des simulateurs spécifiquement dédiés aux examens d'échographie.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Miami

Deux anciennes étudiantes ont porté plainte contre leur faculté de médecine en Floride qu'elles accusent de les avoir forcées à se poser des sondes vaginales pendant les cours en leur faisant croire que cela faisait partie de leurs études.

Deux femmes d'Orlando accusent des employés du Valencia State College de les avoir obligées à mettre ces sondes sous peine d'abaisser leurs notes. Elles ont aussi rapporté que cette pratique s'accompagnait parfois de propos à caractère sexuel.Les participantes au programme d'échographie (Medical Diagnostic Sonography Program) étaient encouragées à poser ces sondes pour devenir de meilleures échographes.

«Valencia a présenté cette pratique comme volontaire mais elle ne l'était pas», affirme la plainte.

«La politique très largement établie de Valencia était d'intimider les étudiantes qui n'étaient pas consentantes à poser ces sondes en menaçant (d'abaisser) le niveau académique des plaignantes», et ainsi nuire à leurs carrières futures, ajoute le document judiciaire.

Trois suspectes sont nommées dans la plainte: Barbara Ball, présidente du programme d'échographie, Linda Shaheen, coordinatrice du laboratoire clinique et Maureen Bugnacki, technicienne du laboratoire de ce programme.

Selon la plainte, les étudiantes ont «subi ces sondes intrusives presque chaque semaine» en dépit du fait que Valencia possède des simulateurs spécifiquement dédiés aux examens d'échographie et que les étudiants peuvent s'exercer sur de réels patients dans divers hôpitaux de Floride.

Mme Ball aurait en outre fait des remarques à caractère sexuel aux étudiantes pendant la pose de ces sondes, selon la plainte, qui qualifient ses propos de «bizarres».

«Elle se serait approchée d'une étudiante (...) et lui aurait dit qu'elle était "sexy" et qu'elle devrait être prostituée de luxe». Les plaignantes estiment que ce type de comportement fait sérieusement douter de ce qui poussait Mme Ball à utiliser ces sondes.

Ces sondes étaient en outre posées au vu et au su de toute la classe, sans le moindre respect de l'intimité des étudiantes. Et dans certains cas les autres étudiants devaient «stimuler sexuellement» les plaignantes pour faciliter la pose des sondes, selon la plainte.

«Les plaignantes ont fait part de leur inconfort et de leur gêne à chaque fois qu'elles devaient poser ces sondes», ajoute la plainte

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer