L'Oklahoma prévoit de reprendre ses exécutions

L'Oklahoma n'a pas conduit d'exécution depuis le 29... (Photo: AP)

Agrandir

L'Oklahoma n'a pas conduit d'exécution depuis le 29 avril 2014 et le calvaire de Clayton Lockett.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Après huit mois d'arrêt, l'Oklahoma, État du Sud des États-Unis, a prévu de reprendre ses exécutions jeudi soir, en mettant à mort un condamné qui devait être exécuté le 29 avril dernier, jour de la longue agonie d'un autre détenu.

Charles Warner, 47 ans, doit être exécuté à 19h00 pour le viol et le meurtre de la fillette de 11 mois de sa compagne.

Son exécution avait été initialement programmée il y a huit mois, deux heures après celle de Clayton Lockett qui avait suscité un vif émoi. Lockett avait succombé dans d'apparentes souffrances 43 minutes après le début de l'injection.

A une heure d'intervalle, la Floride a programmé l'exécution jeudi à 18h00 de Johnny Kormondy, 42 ans, pour le meurtre d'un père de famille.

Dans les deux cas, les condamnés ont fait appel devant la Cour suprême des États-Unis. A moins d'un sursis de dernière minute, il s'agira de la deuxième et la troisième exécution de 2015.

Charles Warner et trois autres condamnés à mort de l'Oklahoma demandent à la haute Cour de s'interroger sur la constitutionnalité de l'injection létale avec du midazolam, un barbiturique utilisé dans trois exécutions accompagnées de souffrances.

Charles Warner... - image 2.0

Agrandir

Charles Warner

En 2008, la Cour suprême a décrété la méthode d'injection létale conforme à la Constitution. Mais depuis, la plupart des États n'utilisent plus les mêmes produits, en raison d'une pénurie.

«Au lieu de cela, les États expérimentent maintenant des formules variées de produits qui ont résulté en plusieurs exécutions ratées» au cours de l'année 2014, peut-on lire dans leur recours.

Ils citent le midazolam, utilisé dans l'Ohio en janvier, en Oklahoma en avril et en Arizona en juillet. Dans les trois cas, les condamnés ont montré des signes de suffocation, d'étouffement et de souffrances avant de succomber entre 26 et 117 minutes plus tard.

Si elle se saisit, la Cour suprême aura l'occasion de «donner des instructions urgentes et nécessaires» sur les procédures d'injection létale aussi diverses que secrètes dans les 32 États dotés de la peine capitale.

Mais la justice inférieure avait déjà débouté les condamnés plaignants et refusé d'arrêter cette méthode d'exécution en Oklahoma, en décembre et janvier.

L'Oklahoma n'a pas conduit d'exécution depuis le 29 avril 2014 et le calvaire de Clayton Lockett. L'État avait immédiatement décrété un moratoire de six mois et une révision de son protocole d'exécution. Une enquête avait établi que l'intraveineuse servant à injecter le cocktail de produits mortels avait mal été placée et insuffisamment surveillée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer