Pompiers abattus: des restes humains et une note trouvés chez le tireur

Partager

Sur le même thème

George M. Walsh
Associated Press
Webster, N.Y.

L'ancien détenu qui a tendu une embuscade à des pompiers et tué deux d'entre eux a laissé une note dans laquelle il a écrit qu'il voulait mettre le feu à son quartier de l'État de New York et faire ce qu'il aimait plus que tout, soit «tuer des gens», ont annoncé mardi les autorités policières.

Le chef de police Gerald Pickering a déclaré mardi que William Spengler, un homme âgé de 62 ans qui a passé 17 ans en prison après avoir été reconnu coupable du meurtre de sa grand-mère, en 1980, s'était muni d'un revolver, d'un fusil de chasse et d'un fusil semi-automatique avant de mettre le feu à sa maison pour attirer les pompiers dans un piège.

«Il était équipé pour partir à la guerre, tuer des innocents», a commenté M. Pickering.

William Spengler avait en sa possession un fusil d'assaut Bushmaster de calibre .223. Il s'agit de la même marque et du même modèle que l'arme utilisée lors de la fusillade qui a eu lieu ce mois-ci dans une école primaire de Newtown, au Connecticut, a signalé le chef de police.

Deux pompiers ont été abattus et deux autres ont été hospitalisés lors des tristes événements de lundi. Quant à William Spengler, il s'est suicidé alors que l'incendie ravageait sept résidences, dont la sienne, dans un quartier situé sur les rives du lac Ontario.

Dans son message d'une longueur de deux à trois pages, le tireur n'explique pas les raisons l'ayant poussé à perpétrer son crime, a expliqué Gerald Pickering.

Le chef de police a refusé de dévoiler dans son intégralité le contenu de la lettre, mais il a tout de même lu un extrait disant: «Je dois me préparer pour voir quelle superficie du quartier je peux arriver à incendier et faire ce que j'aime plus que tout, tuer des gens».

Des restes humains calcinés ont été retrouvés au domicile que William Spengler partageait avec sa soeur âgée de 67 ans, Cheryl Spengler.

Il pourrait s'agir de la dépouille de cette dernière, qui était recherchée par les autorités après les tragiques événements de lundi. Un médecin légiste devra déterminer s'il s'agit bel et bien de Mme Spengler.

William Spengler a tiré sur les pompiers quand ceux-ci sont arrivés sur les lieux de l'incendie dans la ville de Webster, près du lac Ontario, a déclaré le chef de police Gerald Pickering. Le premier policier arrivé sur place a traqué le suspect, avec qui il a échangé des coups de feu, selon les autorités.

Selon le chef de police, le tireur a été retrouvé mort après s'être lui-même infligé des blessures par balle à la tête.

Les deux pompiers qui ont survécu à la fusillade ont été hospitalisés. Un policier en congé qui passait par là en voiture a également été blessé par des éclats provenant des tirs, d'après M. Pickering.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer