La fuite des Rohingyas de Birmanie continue, malgré l'accord

Près de 624 000 Rohingyas ont fui depuis fin août... (Photo Ed Jones, archives Agence France-Presse)

Agrandir

Près de 624 000 Rohingyas ont fui depuis fin août des violences en Birmanie, considérées par l'ONU comme une épuration ethnique.

Photo Ed Jones, archives Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
COX'S BAZAR

Les Rohingyas de Birmanie continuent d'arriver au Bangladesh malgré l'accord de retours de réfugiés signé par les deux pays la semaine dernière, ont indiqué lundi des responsables.

Les deux voisins sont convenus jeudi des critères encadrant le possible retour en Birmanie de réfugiés arrivés au Bangladesh depuis octobre 2016, ce qui concerne 700 000 Rohingyas au moins.

Ce texte a suscité un certain scepticisme au sein des organisations humanitaires et de la communauté rohingya.

Depuis le jour de son annonce, au moins 3000 Rohingyas sont malgré tout passés au Bangladesh, ont rapporté les Nations unies dans leur dernier rapport de situation sur cette crise humanitaire, l'une des plus graves de ce début de XXIe siècle.

«Le nombre d'arrivées a décliné, mais il ne s'est pas tari», a confirmé à l'AFP le lieutenant-colonel S.M. Ariful Islam des gardes-frontières du Bangladesh.

Selon M. Islam, ses hommes ont vu entrer au moins 400 réfugiés depuis la signature de l'accord.

L'exode des Rohingyas forme la toile de fond du délicat voyage du pape François en Birmanie et au Bangladesh, qui a débuté ce lundi et s'étend jusqu'à samedi.

Près de 624 000 Rohingyas ont fui depuis fin août des violences en Birmanie, considérées par l'ONU comme une épuration ethnique.

On estime que plus de 200 000 autres se trouvaient déjà dans les camps de réfugiés du Bangladesh, legs de vagues de violences précédentes.

La Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) s'est inquiété des termes de l'accord entre Dacca et Naypyidaw, jugeant que les conditions pour un retour «sécurisé» de Rohingyas n'étaient pas réunies en l'état.

Ceux qui retourneront en Birmanie devront initialement vivre dans des abris temporaires ou des camps.

Autour de 290 villages rohingyas ont été partiellement ou totalement brûlés depuis fin août, estimait le mois dernier l'organisation Human Rights Watch en se basant sur des images satellites.

Considérés comme des étrangers dans une Birmanie à 90 % bouddhiste, les Rohingyas représentent la plus grande communauté apatride du monde.

Depuis que la nationalité birmane leur a été retirée en 1982, ils sont soumis à de nombreuses restrictions: ils ne peuvent pas voyager ou se marier sans autorisation, et ils n'ont accès ni au marché du travail ni aux services publics (écoles et hôpitaux).




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer