Collision au large de Singapour: 10 marins américains portés disparus

Le destroyer USS John S. McCain se dirigeait vers... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le destroyer USS John S. McCain se dirigeait vers le port de Singapour au moment de la collision qui s'est produite lundi à 05h24, selon l'US Navy.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin ABBUGAO
Agence France-Presse
Singapour

Dix marins américains sont portés disparus et cinq ont été blessés lorsque leur destroyer est entré en collision lundi avec un pétrolier au large de Singapour, le deuxième accident impliquant un navire de guerre américain en deux mois.

Le destroyer lance-missiles USS John S. McCain a gagné Singapour sous escorte dans l'après-midi. Sa coque présentait une large brèche par laquelle l'eau s'est engouffrée après sa collision avec le navire marchand Alnic MC.

Une importante opération de secours mobilisant des vaisseaux et des avions de trois pays a été lancée pour tenter de retrouver les disparus.

«Des dégâts significatifs à la coque ont provoqué l'inondation des compartiments voisins, y compris des couchages, la salle des machines et la salle de radio», a dit l'US Navy dans un communiqué. Les efforts de l'équipage ont toutefois permis «d'arrêter l'inondation».

Quatre blessés ont été héliportés vers un hôpital de Singapour avec des blessures légères, tandis que le cinquième n'a pas eu besoin d'examens médicaux supplémentaires, a précisé l'US Navy.

La collision avec le pétrolier s'est produite lundi à 5h24 (17h24 HE dimanche) dans le détroit de Singapour, près du détroit de Malacca, alors que le destroyer faisait route vers le port de la cité-État pour une halte de routine.

D'après Ridzwan Rahmat, expert chez Janes by IHS Markit, ce nouvel accident soulève des questions sur une éventuelle surexploitation des ressources de l'US Navy en Asie, sur «un surmenage des équipages, une trop grande accélération des opérations de l'US Navy dans la région» .

«Est-ce qu'ils en font trop dans la région avec la Corée du Nord, le Japon et la mer de Chine méridionale?», dit l'expert, qui se demande également, au vu des premiers éléments, si le bâtiment a respecté les règles régissant le trafic maritime dans le détroit de Singapour.

Le navire de guerre américain venait de mener «une opération» de promotion de la «liberté de navigation» en mer de Chine méridionale, à la grande fureur de Pékin, qui revendique la quasi-totalité de cette région stratégique.

«Pensées et prières»

Singapour a dépêché trois remorqueurs et quatre bateaux de garde-côtes, tandis que la Malaisie -- dont l'État de Johor (sud) est proche du lieu de la collision -- a déployé huit bateaux et devait également envoyer un avion.

Un hélicoptère et d'autres appareils américains participaient également aux recherches.

«C'est regrettable», a déclaré le président américain, Donald Trump, dans une première réaction devant des journalistes.

«Pensées et prières pour nos marins de l'US Navy à bord du John S. McCain où des efforts de sauvetage sont en cours», a ensuite ajouté M. Trump dans un tweet.

Le destroyer doit son nom au père et au grand-père du sénateur américain John McCain, tous deux amiraux dans la marine américaine.

Le sénateur a déclaré sur Twitter que les marins étaient «dans ses prières» ainsi que dans celles de son épouse.

L'autre bateau impliqué est un pétrolier battant pavillon du Liberia utilisé pour le transport de pétrole et produits chimiques et pesant plus de 30 000 tonnes, selon le site internet spécialisé dans l'industrie Marine Traffic.

Il a subi quelques dégâts, mais aucun membre de son équipage n'a été blessé, selon l'autorité maritime de Singapour.

C'est la seconde collision impliquant un navire de guerre américain en peu de temps.

Le 17 juin, sept marins avaient péri dans un accident entre le destroyer USS Fitzgerald et un porte-conteneurs battant pavillon philippin, au large de la ville japonaise de Yokosuka, où transitent de nombreux porte-conteneurs qui se rendent dans les ports de Tokyo et Yokohama.

Le bâtiment militaire avait été fortement endommagé côté tribord. De l'eau avait pénétré dans une salle des machines, la salle de radio et des espaces de couchage, dans lesquels des plongeurs avaient retrouvé les corps des marins, âgés de 19 à 37 ans.

L'équipage du destroyer sera «certainement» tenu responsable de l'accident, avait déclaré il y a un mois un responsable du Pentagone.

Seconde collision en deux mois

«C'est regrettable», a déclaré le président américain, Donald Trump, dans une première réaction à des journalistes qui l'interrogeaient sur cette collision, à son retour de vacances à la Maison-Blanche à Washington.

«Pensées et prières pour nos marins de l'US Navy à bord du John S. McCain où des efforts de sauvetage sont en cours», a ensuite ajouté M. Trump dans un tweet.

L'autre bateau impliqué dans la collision est un pétrolier battant pavillon du Liberia utilisé pour le transport de pétrole et produits chimiques et pesant plus de 30 000 tonnes.

C'est la seconde collision récente impliquant un navire de guerre américain.

Le 17 juin, sept marins avaient péri dans une collision entre le destroyer USS Fitzgerald et un porte-conteneurs battant pavillon philippin, au large de la ville japonaise de Yokosuka, où transitent de nombreux porte-conteneurs qui se rendent dans les ports de Tokyo et Yokohama.

Le USS Fitzgerald a été endommagé par une collision le... (AFP) - image 5.0

Agrandir

Le USS Fitzgerald a été endommagé par une collision le mois ernier.

AFP

Le bâtiment militaire avait été fortement endommagé côté tribord par un violent choc avec l'ACX Crystal, beaucoup plus massif. La collision avait provoqué une entrée d'eau dans une salle des machines, la salle de radio et des espaces de couchage, dans lesquels des plongeurs avaient retrouvé les corps des marins, âgés de 19 à 37 ans.

L'équipage du destroyer sera «certainement» tenu responsable de l'accident, avait déclaré il y a un mois un responsable du Pentagone.

Le destroyer USS John S. McCain impliqué dans la collision lundi s'était approché le 10 août à six milles marins du récif Mischief - récif Meiji en chinois -, qui fait partie de l'archipel disputé des Spratleys, avait alors indiqué sous couvert d'anonymat un responsable américain.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer