Éboulement en Chine : les espoirs de retrouver des disparus s'amenuisent

L'agence officielle Chine Nouvelle, citant des géologues déployés... (Photo Agence France-Presse/STR)

Agrandir

L'agence officielle Chine Nouvelle, citant des géologues déployés sur les lieux, a jugé que les chances de retrouver des survivants étaient «vraiment très minces».

Photo Agence France-Presse/STR

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Diexi

Les secouristes retournaient les éboulis dimanche dans une quête de plus en plus désespérée pour retrouver des survivants parmi les 93 personnes portées disparues à Xinmo, village du sud-ouest de la Chine englouti par une avalanche de rochers.

Au moins dix personnes sont mortes écrasées par les tonnes de pierres qui ont enseveli 62 foyers dans cette localité de montagne jadis pittoresque, nichée près d'une rivière dans la province du Sichuan, selon un nouveau bilan revu à la baisse par les autorités locales.

Un précédent bilan faisait état de 15 morts. Le nombre de disparus a également été révisé à la baisse, à 93 contre 118 auparavant, plusieurs personnes portées manquantes ayant refait leur apparition, ont précisé les autorités de la préfecture autonome tibétaine et qiang d'Aba, où a eu lieu la catastrophe.

Seuls trois survivants - un couple et son bébé d'un mois - ont été retrouvés depuis qu'un pan de montagne s'est détaché en raison de fortes pluies samedi.

L'agence officielle Chine Nouvelle, citant des géologues déployés sur les lieux, a jugé que les chances de retrouver des survivants étaient «vraiment très minces».

Qiao Dashi, père du nourrisson survivant, a expliqué qu'il s'était réveillé après 5h00 pour changer les couches de son fils lorsqu'il a entendu «un grand bruit».

«La maison a tremblé», a-t-il dit à la télévision publique CCTV. «On a été emportés. Des rochers se sont retrouvés dans notre salon. Avec ma femme, on a escaladé, pris notre bébé, et on s'est extrait».

«Psychologiquement dur»

«J'ai des blessures superficielles. De manière générale, ça va. Mais psychologiquement, c'est dur. Le village tout entier, des dizaines de familles, a été rasé», a-t-il encore déclaré.

Une demi-douzaine de pelleteuses étaient à pied d'oeuvre dimanche pour enlever les débris et les blocs de rochers. Des secouristes, des lampes sur le front, accompagnés de chiens, ont travaillé toute la nuit pour tenter de retrouver des victimes, selon les images diffusées par la télévision d'État.

Environ 3000 secouristes participent aux efforts, d'après Chine Nouvelle.

Les débris charriés par l'éboulement ont bouché le lit d'une rivière et bloqué près de deux kilomètres de route dans cette zone difficile d'accès.

Sur des images aériennes, le village était totalement invisible et la rivière n'était plus qu'une tâche grise recouverte de rochers.

À Diexi, un hameau en surplomb de Xinmo, Yang Cangwin, qui cultive des pommes de terre et du maïs, raconte qu'elle connaissait tout le monde dans le village enseveli.

«C'est si difficile d'imaginer que quelque chose comme ça se produise quand on est en train de dormir tranquillement dans son lit. C'est tout simplement affreux. Ils n'ont rien vu venir», dit cette quadragénaire à l'AFP.

«Coeur brisé»

«J'ai perdu contact avec tous mes amis là-bas. Nous sommes nombreux à être allés voir la scène. Nous étions tous en pleurs, le coeur brisé».

Les habitants de Xinmo étaient des agriculteurs qui cultivaient du maïs, du poivre et des pommes de terre, a expliqué Mme Yang. Certains avaient ouvert des gîtes pour les touristes.

Un chien blanc au regard triste, en quête apparente de son maître après l'éboulement, a ému les internautes. Sur des images diffusées par la télévision d'État en langue anglaise CGTN, on voit un secouriste tenter de persuader l'animal de quitter des amas de rochers et de terre, mais le chien refuse de bouger.

Le président Xi Jinping a appelé les secouristes «à ne pas ménager leurs efforts» pour retrouver des survivants et éviter d'autres drames.

À Rome, le pape François a adressé un message de soutien aux victimes de la tragédie. «Je prie pour les défunts et les blessés et pour ceux qui ont perdu leur maison. Que Dieu conforte les familles et soutienne les secouristes», a-t-il dit.

«C'est le plus important glissement de terrain depuis le séisme de Wenchuan», a déclaré Wang Yongbo, l'un des responsables chargés des secours, en référence au tremblement de terre qui avait fait 87 000 morts en mai 2008.

Les glissements de terrain surviennent régulièrement dans les zones rurales et montagneuses de Chine, en particulier durant les fortes pluies.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer