Philippines: l'armée demande aux islamistes de se rendre

Un convoi militaire dans une rue de Marawi,... (Photo Ted Aljibe, Agence France-Presse)

Agrandir

Un convoi militaire dans une rue de Marawi, avec en arrière-plan de la fumée résultant d'un bombardement contre les islamistes.

Photo Ted Aljibe, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Marawi

Les autorités philippines ont exhorté mardi les combattants islamistes retranchés dans des quartiers d'une ville du sud du pays à se rendre, pour épargner des milliers de civils.

Plus d'une centaine de personnes ont péri en une semaine de combats, depuis que des activistes se réclamant du groupe État islamique ont mis à sac certains quartiers de Marawi, ville à majorité musulmane dans un pays majoritairement catholique.

Le président Rodrigo Duterte a déclaré la loi martiale dans toute la région de Mindanao, où vivent 20 millions de personnes.

Mais les insurgés, qui avaient initialement été estimés par les commandants de l'armée à une centaine, résistent depuis huit jours aux bombardements aériens et aux combats de rue, d'où l'appel à la reddition qui leur a été lancé mardi par les autorités.

«Nous donnons à ceux qui sont à l'intérieur une possibilité de se rendre. Il vous reste une chance de déposer les armes», a déclaré à la radio DZBB le porte-parole de l'armée, Restituto Padilla.

«Ce sera mieux si vous le faites, ainsi personne d'autre ne sera mêlé à tout ça, et aucun bâtiment supplémentaire ne sera détruit».

Interrogé sur les raisons de cet appel à la reddition, le porte-parole de la présidence Ernesto Abella a indiqué qu'il avait été lancé «pour limiter les dégâts sur le terrain de façon définitive, afin que les civils soient moins touchés».

Les autorités estiment que 2000 habitants de cette ville qui en compte en temps normal 200 000 sont coincés dans l'agglomération.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a affirmé que leur situation était particulièrement précaire, en raison d'une part du manque de nourriture, d'eau ou de médicaments du fait de leur isolement, et de la menace que constituent pour eux les violents combats.

Ceux-ci avaient éclaté après un raid des forces de sécurité contre une cache supposée d'Isnilon Hapilon, considéré comme le chef de l'EI aux Philippines.

Les États-Unis ont mis sa tête à prix pour 5 millions de dollars. C'est également un des dirigeants d'Abou Sayyaf, groupe islamiste spécialisé dans les enlèvements crapuleux.

Mais les forces de sécurité ont essuyé un échec et des dizaines de combattants sont accourus pour les repousser, avant de partir saccager la ville en brandissant des drapeaux noirs de l'EI.

Ils ont également pris un prêtre et 14 personnes en otage dans une église et mis le feu à des bâtiments. Le sort de ces otages est inconnu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer