Assassinat de Kim Jong-Nam: mandat d'Interpol pour l'arrestation de quatre Nord-Coréens

Kim Jong-Nam en 2001... (Photo archives AP)

Agrandir

Kim Jong-Nam en 2001

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Kuala Lumpur

Interpol a lancé un mandat international demandant l'arrestation de quatre Nord-Coréens recherchés par la Malaisie dans l'enquête sur l'assassinat à Kuala Lumpur de Kim Jong-Nam, demi-frère du numéro un nord-coréen, a annoncé jeudi le chef de la police nationale.

De haut en bas: Hong Song Hak, Ri... (Photo via Agence France-Presse) - image 1.0

Agrandir

De haut en bas: Hong Song Hak, Ri Ji Yuon, O Jong Gil et Ri Jae Nam.

Photo via Agence France-Presse

Ces quatre hommes ont fui la Malaisie le 13 février, jour de l'assassinat du demi-frère de Kim Jong-Un à l'aéroport de Kuala Lumpur, pour regagner la Corée du Nord via Dubai et la Russie.

«Nous avons obtenu un mandat rouge pour les quatre Nord-Coréens qui étaient à l'aéroport le jour de l'incident et sont depuis partis», a déclaré le chef de la police malaisienne, Khalid Abu Bakar.

La notice mise en ligne montre quatre Nord-Coréens, Hong Song Hak, Ri Ji Yuon, O Jong Gil et Ri Jae Nam, âgés de 32 à 56 ans.

Les mandats rouges d'Interpol consistent à demander la localisation et l'arrestation de personnes recherchées par une autorité judiciaire ou par un tribunal international en vue de leur extradition.

La Malaisie recherche par ailleurs trois autres Nord-Coréens qui se cacheraient à l'ambassade à Kuala Lumpur, selon la police.

Seules deux femmes, Siti Aisyah, une Indonésienne de 25 ans, et Doan Thi Huong, une Vietnamienne de 28 ans, ont été inculpées.

Le jour du crime, les deux femmes se sont approchées de Kim Jong-Nam et l'une l'a attrapé par-derrière pour lui frotter le visage avec un morceau de tissu. L'homme âgé de 45 ans a succombé peu après. Des traces VX, un agent neurotoxique si puissant qu'il est considéré comme une arme de destruction massive, ont été retrouvées sur son visage.

Les deux femmes affirment avoir été dupées et avoir cru participer à un vidéo de caméras cachées.

Depuis le début de l'affaire, la Corée du Sud accuse son voisin du Nord, citant un «ordre permanent» de Kim Jong-Un pour éliminer son demi-frère, un critique du régime qui vivait en exil.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer