Assassinat de Kim Jong-Nam : des gardes armés à la morgue

Pyongyang a insisté pour récupérer la dépouille de... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Pyongyang a insisté pour récupérer la dépouille de Kim Jong-Nam, et s'est opposé à l'autopsie approuvée par les autorités à Kuala Lumpur.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Kuala Lumpur

Des hommes armés gardaient mardi l'hôpital de Kuala Lumpur où se trouve le corps de Kim Jong-Nam, demi-frère en exil du leader nord-coréen Kim Jong-Un, alors que le fils de la victime assassinée serait venu réclamer la dépouille.

Un convoi de quatre véhicules banalisés a pénétré dans l'enceinte de l'hôpital très tôt mardi, sous la surveillance d'une trentaine d'hommes des forces spéciales malaisiennes dépêchés pour sécuriser la zone, avant de repartir en milieu de matinée.

Un fourgon blanc de la police a quitté l'enceinte vers 04h00 locales, selon un journaliste de l'AFP.

Le corps de Kim, assassiné le 13 février à l'aéroport de Kuala Lumpur, est au coeur de tensions diplomatiques entre la Malaisie et la Corée du Nord. Pyongyang a insisté pour récupérer la dépouille et s'est opposé à l'autopsie pratiquée.

Mais les autorités malaisiennes ont rejeté ces demandes, soulignant que le corps devait rester à la morgue jusqu'à ce qu'un membre de la famille se présente à l'hôpital pour l'identifier formellement par une comparaison des ADN.

Le fils de Kim Jong-Nam, Kim Han-Sol, devait arriver lundi soir à Kuala Lumpur en provenance de Macao, ont indiqué des sources du renseignement et des médias locaux, mais l'AFP n'a pas été en mesure, dans l'immédiat, de confirmer la présence du fils.

L'ambassadeur de Corée du Nord en Malaisie, Kang Chol, avait estimé lundi que la demande des enquêteurs de fournir un échantillon ADN était «absurde». Il avait ajouté que l'ambassade était en droit de récupérer le corps d'un ressortissant détenteur d'un passeport diplomatique.

Kang Chol avait aussi récusé l'enquête de police en affirmant qu'elle avait des motivations politiques et que la Malaisie avait comploté avec la Corée du Sud depuis le début, afin de faire du tort à la Corée du Nord.

Le ministre malaisien des Affaires étrangères, Anifah Aman, est monté au créneau lundi en rétorquant que les accusations nord-coréennes étaient fondées sur «des fantasmes, des mensonges et des demi-vérités».

Suggérer que l'enquête a des motivations politiques est «profondément insultant pour la Malaisie», a-t-il ajouté.

La Corée du Sud a pointé du doigt son voisin du Nord, citant un «ordre permanent» du numéro un nord-coréen Kim Jong-Un pour éliminer son demi-frère et une tentative d'assassinat manquée en 2012, après que Kim Jong-Nam avait critiqué le régime le plus fermé au monde.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer