Japon: une femme pour la première fois à la tête du principal parti d'opposition

Ancienne vedette de télévision au franc parler, Renho,... (photo KAZUHIRO NOGI, AFP)

Agrandir

Ancienne vedette de télévision au franc parler, Renho, de son nom d'usage unique, âgée de 48 ans, est devenue la première femme a dirigé le principal parti d'opposition du Japon, le Parti démocrate.

photo KAZUHIRO NOGI, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TOKYO

Le principal parti d'opposition du Japon, le Parti démocrate, qui peine depuis quatre ans à redorer son blason après un bref passage au pouvoir, a choisi pour la première fois d'être dirigé par une femme, une sénatrice dont les origines taïwanaises ont fait grand bruit.

À l'exception de vedettes de la télévision, le Japon, en grande partie homogène, n'est pas habitué à voir des personnes d'origines diverses occuper des postes en vue.

Ancienne vedette de télévision au franc parler, Renho, de son nom d'usage unique, âgée de 48 ans, l'a emporté face à deux adversaires masculins, Seiji Maehara, 54 ans, ex-ministre des Transports puis des Affaires étrangères, et Yuichiro Tamaki, 47 ans, député.

« Je serai aux premières lignes de notre combat pour reconstruire le parti et gagner à nouveau des élections », a-t-elle dit après avoir été déclarée victorieuse.

Elle aura la lourde tâche de redorer le blason du Parti démocrate (centre gauche) dont la période d'un peu plus de trois ans aux commandes (2009 à 2012) a été marquée par des revirements incessants et le tsunami de mars 2011 à l'origine de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Sur les plateaux de télévision, Renho avait gagné le surnom de « Hissatsu » (tirer pour tuer) pour sa façon de questionner les bureaucrates sur les gaspillages de la dépense publique, dans un pays dont les médias sont critiqués pour leur tendance à l'autocensure.

Ses origines taïwanaises, du côté de son père, ont fait polémique avant le vote. Elle avait dû s'excuser lorsqu'il était apparu qu'elle n'avait jamais renoncé à sa citoyenneté taïwanaise. Le Japon ne reconnaît pas la double nationalité et ceux qui naissent d'un parent d'origine étrangère sont obligés à l'âge de la majorité (20 ans) de choisir.

Renho s'est d'abord fait connaître en tant que mannequin dans les années 1980 puis comme journaliste de télévision présente à l'antenne dans la ville de Kobe dévastée par le tremblement de terre de 1995. Elle est entrée au Parlement en 2004. Elle fut un temps ministre de la Réforme administrative dans un gouvernement de centre gauche en 2011.

Ayant échoué durant ses trois ans au pouvoir entre 2009 et 2012, le Parti démocrate a été sévèrement battu à tous les scrutins nationaux depuis au profit du Parti libéral démocrate (PLD) du premier ministre de droite Shinzo Abe. Le PLD est au pouvoir de façon quasi ininterrompue depuis 1955.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer