Philippines: attaque d'une prison par des islamistes extrémistes, 23 détenus s'évadent

Ce raid a été mené samedi contre la... (PHOTO RICHELE UMEL, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Ce raid a été mené samedi contre la prison de Marawi par une cinquantaine d'hommes lourdement armés du groupe Maute.

PHOTO RICHELE UMEL, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MARAWI

Des combattants islamistes ont lancé une attaque audacieuse contre une prison du sud des Philippines, libérant huit de leurs membres et 15 autres détenus, a annoncé dimanche la police.

Ce raid a été mené samedi contre la prison de Marawi par une cinquantaine d'hommes lourdement armés du groupe Maute, un des nombreux mouvements islamistes de l'île de Mindanao, a précisé Agustine Tello, commandant de la police locale.

Les huit combattants qu'ils ont libérés avaient été arrêtés le 22 août à un point de contrôle par des militaires qui avaient découvert des armes et des explosifs dans leur camionnette.

Quinze prisonniers détenus pour d'autres raisons en ont profité pour s'évader, a indiqué un responsable provincial, Acmad Tabao, qui a revu à la baisse le chiffre de 20 détenus annoncé plus tôt par la police.

M. Tabao a indiqué que deux femmes s'étaient présentées à l'entrée de la prison en affirmant apporter de la nourriture aux détenus. Quand les gardiens ont ouvert les portes, des hommes armés en ont profité pour s'introduire dans l'établissement.

Ils ont rapidement pris le dessus sur le personnel de la prison et se sont enfuis avec leurs hommes à bord d'un véhicule de la prison, gagnant les rives d'un lac où un bateau les attendait.

Le groupe Maute est soupçonné d'être responsable de l'attaque meurtrière en février d'un camp militaire reculé de Butig, à Mindanao. Les assaillants avaient alors brandi des drapeaux noirs du groupe Etat islamique.

L'attaque avait fait 12 morts parmi les assaillants et cinq morts parmi les militaires.

Les autorités ont indiqué qu'elles enquêtaient sur le niveau de protection de la prison attaquée samedi et tentaient de comprendre pourquoi sa sécurité n'avait pas été renforcée après l'arrestation des huit hommes il y a une semaine.

Ce n'est pas la première évasion collective impliquant des combattants islamistes en Indonésie.

En 2009, une centaine d'hommes armés avaient attaqué une prison de l'île de Basilan (sud), libérant 31 détenus, dont des combattants islamistes.

Des négociations de paix sont en cours avec le plus important groupe rebelle musulman du pays, le Front Moro islamique de libération (Milf), ainsi qu'avec le Front moro de libération nationale (Mnlf).

Mais des organisations comme le groupe Maute ou Abou Sayyaf n'y participent pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer