«Chaos» à l'aéroport de Hong Kong après le passage du typhon Nida

Plus de 150 vols avaient été annulés lundi... (PHOTO ANTHONY WALLACE, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Plus de 150 vols avaient été annulés lundi à l'approche du typhon, obligeant des centaines de passagers à une longue attente dans le hall des départs.

PHOTO ANTHONY WALLACE, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dennis CHONG
Agence France-Presse
Hong Kong

La grogne montait mardi chez des centaines de passagers coincés à l'aéroport de Hong Kong par le typhon Nida, qui a transformé l'ex-colonie britannique en ville morte avant de poursuivre sa route vers la Chine continentale.

Hong Kong s'est réveillée au ralenti après une nuit de pluies torrentielles et de vents soufflant en rafales à 151 km/h qui ont entraîné l'annulation de centaines de vols. Les écoles, la majorité des commerces et la Bourse n'ont pas pu ouvrir.

Au moins trois personnes ont été blessées dans la ville dont les rues désertes étaient jonchées mardi matin de branches d'arbres. Autour d'un immeuble en construction, des échafaudages en bambou pendaient dangereusement.

Les autorités avaient émis une alerte météorologique au typhon T8, le troisième niveau le plus élevé, mais celle-ci a été levée en milieu de journée mardi, la tempête s'éloignant en Chine continentale.

La vie retrouvait une forme de normalité en ville, mais à l'aéroport international, des centaines de passagers perdaient patience.

Un porte-parole de l'autorité aéroportuaire a indiqué à l'AFP que seuls 500 vols étaient maintenus mardi entre 6h00 et minuit (18h00 HE lundi et midi HE mardi), contre 1100 lors d'une journée normale.

Plus de 150 vols avaient été annulés lundi à l'approche du typhon, obligeant des centaines de passagers à une longue attente dans le hall des départs.

«N'allez pas jouer sur la plage»

La compagnie aérienne hongkongaise Cathay Pacific et sa filiale Dragonair ont annulé tous leurs vols au départ et à l'arrivée de Hong Kong pendant 16 heures, entre lundi soir et mardi 14h00.

Des agents de sécurité empêchaient les passagers d'approcher des comptoirs d'enregistrement, en les redirigeant vers des zones où ils obtiendraient des informations.

Mais la colère montait chez ceux n'ayant pas obtenu de nourriture ou de chambre d'hôtel où passer la nuit.

«La compagnie donnait des informations incohérentes. Rien n'était dit sur le logement, la nourriture ou la situation météo», déplorait un passager interrogé par la chaîne locale TVB. «C'est le chaos».

Après Hong Kong, le typhon a poursuivi sa course en Chine continentale en touchant d'abord la ville de Shenzhen, où des rafales à plus de 150 km/h ont été enregistrées.

Il s'agit du plus puissant typhon en 30 ans dans le Delta de la rivière des Perles, selon un expert cité par China News Service.

Shenzhen a lancé une alerte rouge aux précipitations, qui se sont élevées à 80 millimètres.

Le Shenzhen Bay Bridge, qui relie la ville à Hong Kong, a temporairement été fermé, selon la chaîne CCTV. Et environ 140 vols ont été annulés.

À Zhuhai, de l'autre côté du Delta, les bus ne circulaient plus et le travail à l'extérieur était suspendu, selon le Guangzhou Daily.

Des habitants continuaient cependant de se prendre en photo sur le front de mer, entraînant une vive réplique des services météorologiques sur les réseaux sociaux: «Nous mettons en garde contre les vents violents et les vagues en bord de mer: N'allez pas jouer sur la plage!»

La tempête avait aussi généré vents violents et pluies torrentielles dans le nord des Philippines pendant le weekend.

Les autorités chinoises ont demandé aux personnes vivant dans les zones qui devraient être touchées par la tempête de préparer des provisions pour trois jours, a rapporté l'agence Chine nouvelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer