Les Aborigènes ont bien été les premiers Australiens

Le danseur et chorégraphe aborigène australien Albert Davis... (PHOTO Ishara S. KODIKARA, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le danseur et chorégraphe aborigène australien Albert Davis performe lors d'un spectacle à Colombo au Sri Lanka, en juin 2013. Selon une nouvelle étude scientifique, les aborigènes ont bien été les premiers habitants d'Australie.

PHOTO Ishara S. KODIKARA, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les aborigènes ont bien été les premiers habitants d'Australie, ont déterminé des chercheurs australiens qui réfutent les conclusions d'une précédente recherche selon laquelle des hommes de type européen les auraient précédés avant de connaître une extinction.

L'homme de Mungo.... (PHOTO WIKIPÉDIA) - image 1.0

Agrandir

L'homme de Mungo.

PHOTO WIKIPÉDIA

Ces nouveaux travaux publiés lundi aux États-Unis dans les Comptes rendus de l'Académie des sciences (PNAS), remettent totalement en question les résultats du séquençage d'ADN récupéré sur des os du plus ancien australien mis au jour appelé l'Homme de Mungo.

Les résultats de la première étude avaient été interprétés par l'équipe scientifique comme la preuve que les Aborigènes n'avaient pas été les premiers Australiens.

Selon eux l'homme de Mungo appartenait probablement à une lignée éteinte d'humains modernes qui avaient occupé ce continent avant les Aborigènes.

Les chercheurs du centre de recherche de l'évolution humaine (RCHE) de l'Université australiennne de Griffith ont récemment utilisé de nouvelles techniques de séquençage de l'ADN ancien pour réanalyser les ossements de l'homme de Mungo qui avait été découvert dans la région des lacs Willandra, dans la partie la plus à l'ouest de la Nouvelle-Galles-du-Sud.

C'est une région où l'on trouve des restes fossilisés d'une série de lacs et de formations de dunes datant du pléistocène ainsi que des indices archéologiques d'une occupation humaine remontant à une période allant 60 000 à 45 000 ans.

Le professeur David Lambert du Centre RCHE a expliqué qu'il n'y avait aucun doute sur le fait que cette interprétation des conclusions du séquençage de l'ADN de l'homme de Mungo était erronée.

«L'échantillon d'ADN de cet ancien Australien que nous avons retesté contient des séquences d'ADN de cinq différents européens ce qui suggère qu'il s'agit totalement d'une contamination d'autres ADN», conclut-il.

Le professeur Lambert indique aussi qu'il a réanalysé avec son équipe les restes de plus de 20 anciens habitants de la région des lacs Willandra.

«Nous avons pu aussi récupérer de l'ADN de l'un des plus anciens habitants qui reposait à proximité de l'endroit où l'Homme de Mungo était initialement enterré», explique le scientifique.

«En réanalysant les échantillons d'ADN avec des technologies plus avancées, nous avons pu établir de façon solide que les Aborigènes australiens ont bien été les premiers habitants d'Australie», tranche le professeur Lambert.

«Nous savons désormais que des informations génétiques de valeur peuvent être extraites des restes d'aborigènes australiens», ajoute-t-il.

«C'est la première fois que des scientifiques ont retrouvé une séquence du génome mitochondrial, seulement transmis par la mère, sur les restes d'une personne aborigène qui vivait en Australie avant l'arrivée des Européens», relève le professeur Lambert.

Il y a de nombreux débats en Australie et dans le monde sur les origines des premiers Australiens, surtout depuis la publication en 1863 de l'ouvrage de Thomas Henry Huxley, «La place de l'homme dans la nature», rappellent ces chercheurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer