Le dernier prisonnier de Tian'anmen serait libéré cette année

Sur cette photo emblématique du soulèvement, un homme... (PHOTO ARHTUR TSANG, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Sur cette photo emblématique du soulèvement, un homme tente de bloquer une colonne de blindés à l'aide de sa seule personne, sur l'avenue Chang'an, à l'est de la place Tian'anmen, à Pékin, le 5 juin 1989.

PHOTO ARHTUR TSANG, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PÉKIN

Les autorités chinoises devraient libérer cette année le dernier des prisonniers arrêtés et emprisonnés après la répression sanglante des manifestations prodémocratiques de la place Tian'anmen en 1989, a indiqué mardi la Dui Hua Foundation, une ONG de défense des droits de l'homme.

Miao Deshun, âgé de 51 ans, est la dernière personne connue encore emprisonnée en Chine pour sa participation au mouvement de 1989, mais il devrait retrouver sa liberté en octobre prochain, a expliqué Dui Hua, organisation basée aux États-Unis.

Reconnu coupable d'incendie criminel pour avoir supposément jeté des paniers sur un tank en feu, M. Miao avait été condamné en août 1989 à la peine de mort avec sursis, commuée deux ans plus tard en emprisonnement à vie.

En 1998, sa sentence avait été ramenée à 20 ans de prison, mais Miao Deshun a bénéficié de plusieurs réductions de peine pour bonne conduite, dont un verdict en mars dernier de la Cour intermédiaire numéro un de Pékin, a précisé Dui Hua.

M. Miao, qui souffre d'hépatite B et de schizophrénie, n'a plus aucun contact avec le monde extérieur «depuis de nombreuses années» et sa famille a cessé ses visites il y a plus d'une décennie, ajoute encore l'ONG.

Dui Hua rappelle, en citant une source officielle, qu'au moins 1600 personnes avaient été emprisonnées dans toute la Chine après les manifestations de 1989, mais reconnaît n'avoir pas retrouvé la trace de beaucoup d'entre eux.

Dans la nuit du 3 au 4 juin 1989, après sept semaines de mobilisation de manifestants qui exigeaient des réformes démocratiques en Chine, soldats et blindés du régime communiste avaient donné l'assaut en ouvrant le feu sur la foule jusqu'à la place Tian'anmen, au centre de la capitale.

Aucun bilan définitif officiel n'a été fourni, mais des sources indépendantes font état de plusieurs centaines et jusqu'à plus d'un millier de morts.

Le 25e anniversaire de l'évènement - encore tabou en Chine populaire - avait donné lieu en 2014 à une censure féroce sur les réseaux sociaux et à une répression accrue, avec l'arrestation d'intellectuels, d'artistes et d'avocats.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer