Des passeurs de migrants payés par l'Australie pour retourner en Indonésie

Des migrants partis du Bangladesh, de la Birmanie... (PHOTO GAMALIEL AMALO, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des migrants partis du Bangladesh, de la Birmanie et du Sri Lanka arrivent à Kupang, en Indonésie, après que le navire sur lequel ils prenaient place eut été intercepté par les autorités australiennes, le 2 juin.

PHOTO GAMALIEL AMALO, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KUPANG, Indonésie

Le capitaine et les membres d'équipage d'un bateau transportant 65 demandeurs d'asile se dirigeant vers l'Australie affirment que les autorités de ce pays ont versé 30 000 dollars à ces passeurs pour qu'ils retournent en Indonésie, affirme mercredi la police locale.

Les migrants du Bangladesh, de Birmanie et du Sri Lanka étaient arrivés fin mai sur les rives de l'île Rote, dans l'est de l'Indonésie, après que leur bateau en route pour la Nouvelle-Zélande a été intercepté et refoulé par la marine australienne.

Au cours de l'enquête, le capitaine du bateau et les cinq membres d'équipage - en détention provisoire pour trafic illicite de migrants - ont affirmé avoir reçu de la part des services d'immigration australiens «chacun 5000 $ américains dans des sachets en plastique séparés» pour retourner en Indonésie, a déclaré à l'AFP un responsable de la police locale, Hidayat.

«On leur a ensuite dit de prendre des bateaux plus petits et de retourner en Indonésie», a-t-il ajouté.

Interrogés mercredi par l'AFP, les services d'immigration australiens se sont refusés à tout commentaire.

Des migrants à bord du bateau ont confirmé les témoignages de l'équipage, à l'image du Bangladais Nazmul Hasan.

«Nous savions que l'équipage a reçu de l'argent, car lorsque nous avons demandé au capitaine pourquoi nous ne continuons pas notre route vers l'Australie, il nous a dit qu'il avait reçu de l'argent des autorités australiennes» pour faire demi-tour, a-t-il déclaré à l'AFP.

Peu après son arrivée au pouvoir en septembre 2013, le gouvernement conservateur australien de Tony Abbott a lancé avec l'aide de l'armée l'opération «Frontières souveraines» pour décourager les réfugiés d'arriver par la mer en Australie. Les bâtiments de la marine interceptent les bateaux transportant des migrants et les renvoient vers leur point de transit, souvent l'Indonésie.

Ces dernières semaines, plus de 3500 migrants affamés sont arrivés en Thaïlande, en Malaisie et en Indonésie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer