Inde: la vague de chaleur la plus meurtrière en 20 ans

L'Inde parle de vague de chaleur quand la... (PHOTO ANINDITO MUKHERJEE, REUTERS)

Agrandir

L'Inde parle de vague de chaleur quand la température maximum atteint 45 °C ou qu'elle est supérieure de 5 °C à la moyenne des précédentes années.

PHOTO ANINDITO MUKHERJEE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Vivek Nemana
Agence France-Presse
HYDERABAD, Inde

Les autorités de New Delhi ont demandé aux hôpitaux de la capitale de traiter les victimes de coup de chaleur en urgence, l'Inde subissant une vague de chaleur qui a déjà fait 1800 morts, la plus meurtrière depuis une vingtaine d'années.

Des centaines de pauvres, essentiellement, meurent chaque année lors du pic de chaleur de l'été, mais le bilan de 2015 est déjà deux fois plus lourd que celui d'une année moyenne.

Selon les experts, ces chiffres sont en outre sous-estimés, car les coups de chaleur affectent proportionnellement plus les pauvres sans-abri qui décèdent moins à l'hôpital et sont donc moins recensés parmi les victimes de la chaleur.

La plupart des victimes ont été enregistrées dans les États du QSud, le Telangana et l'Andhra Pradesh où les médecins expliquent devoir faire face dans les hôpitaux à un afflux de victimes de coups de chaleur et de déshydratation.

P. Tulsi Rani, un haut responsable de la gestion des catastrophes de l'Andhra Pradesh, a indiqué vendredi que le nombre élevé de victimes s'expliquait par le maintien sur une période inhabituellement longue de températures élevées.

«Beaucoup de gens sont morts cette année, car la vague de chaleur dure plus longtemps que d'habitude avec des températures record dans nombre de villes», a-t-il dit à l'AFP.

«Elle dure depuis sept à huit jours maintenant, contre un petit nombre de jours habituellement».

Au Telangana, une campagne de télévision est diffusée pour recommander à la population de rester au frais et pour leur apprendre à détecter les syndromes d'un coup de chaud, qui peut être fatal s'il n'est pas détecté.

Les rues de la capitale de l'État, Hyderabad, sont désertes aux heures les plus chaudes de la journée, nombre de boutiques et d'entreprises restant fermées.



Hôpitaux sensibilisés

Syed Samad, qui dirige une entreprise de location de climatiseurs, relève que son activité n'a jamais été aussi forte.

«Nous louons des climatiseurs à 50 roupies (98 cents) par jour sur la base d'un contrat mensuel», explique-t-il.

«Les affaires marchent bien cette année, mieux que les années précédentes. Tous nos appareils ont été loués en avril et en mai, ce qui ne nous était jamais arrivé avant».

À New Delhi, où les températures ont atteint 45 °C, les hôpitaux ont reçu l'ordre de traiter les victimes de coups de chaleur en urgence.

«La priorité est la prévention dans cette situation, s'assurer que les mesures préventives soient prises», a dit Charan Singh, un haut responsable du département de la santé publique au sein de l'administration de la capitale.

La hausse de la consommation d'électricité, due aux appareils à air conditionné, entraîne des coupures d'électricité qui complique un peu plus la vie des habitants de la capitale.

Selon la presse, deux personnes sont mortes de la chaleur à Delhi, où des dizaines de milliers de personnes dorment dans la rue sans protection particulière.

Dans l'Orissa (est), les autorités ont confirmé la mort de 12 personnes à cause de la chaleur et enquêtent sur les causes de 80 autres décès.

L'Inde parle de vague de chaleur quand la température maximum atteint 45 °C ou qu'elle est supérieure de 5 °C à la moyenne des précédentes années.

La mousson est guettée avec impatience. Elle est attendue en fin de mois dans le Kerala (sud), mais prendra plusieurs semaines avant de toucher les plaines arides du Nord.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer