Mer de Chine: Pékin refuse de céder aux pressions de Washington

La Chine s'irrite de ce qu'elle perçoit comme... (PHOTO Saul Loeb, REUTERS)

Agrandir

La Chine s'irrite de ce qu'elle perçoit comme une ingérence américaine dans la région.

PHOTO Saul Loeb, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Matthew Lee
Associated Press
PÉKIN, Chine

La Chine et les États-Unis sont restés campés sur leurs positions, samedi, concernant les revendications territoriales de Pékin en mer de Chine méridionale, le ministre chinois des Affaires étrangères ayant rejeté poliment, mais clairement les pressions de Washington en faveur d'une solution diplomatique pour apaiser les tensions dans la région.

Lors d'une conférence de presse samedi à Pékin, le ministre Wang Ji et son homologue américain, le secrétaire d'État John Kerry, ont souligné l'importance du dialogue pour résoudre les conflits territoriaux dans la région.

Mais aucun des deux hommes n'a donné de signe laissant croire qu'il pourrait céder du terrain face aux projets de réhabilitation territoriale de Pékin, qui ont alarmé les États-Unis et les pays voisins de la Chine.

Les États-Unis et la plupart des pays membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) veulent freiner ces projets qui, soupçonnent-ils, visent à ériger des îles artificielles et d'autres étendues de terres sur lesquelles la Chine pourrait ensuite revendiquer sa souveraineté.

M. Kerry a déclaré que l'administration Obama s'inquiétait du rythme et de l'étendue des revendications territoriales de Pékin en mer de Chine méridionale.

Il a appelé le gouvernement chinois à accélérer les discussions avec les pays de l'ASEAN afin d'établir des règles pour la gestion des activités maritimes dans les zones contestées afin de «réduire les tensions et d'améliorer les chances de parvenir à une solution diplomatique».

M. Wang a indiqué que même si la Chine était prête à discuter, elle ne reculerait pas sur la construction d'îles qui, a-t-il dit, «s'inscrit entièrement dans le cadre de la souveraineté chinoise».

Il a affirmé que la détermination de la Chine à préserver sa souveraineté et son intégrité territoriale était «solide comme un roc» et «inébranlable».

Le ministre a ajouté que les divergences entre les États-Unis et la Chine pouvaient être gérées «tant que nous évitons l'incompréhension et, plus important encore, les erreurs de jugement».

Les revendications territoriales de la Chine et ses projets de réhabilitation de terres contestées ont ébranlé la région des îles et des récifs de la mer de Chine méridionale, revendiqués par cinq autres pays.

Les activités chinoises dans le secteur ont mené à des affrontements, des manifestations nationalistes et des crises diplomatiques parfois très tendues.

Les États-Unis affirment ne pas vouloir prendre position sur les revendications territoriales, mais insistent sur le fait que celles-ci doivent être négociées.

Washington estime également que la sécurité maritime et l'accès à certaines des routes de transport commercial les plus fréquentées du monde sont une question de sécurité nationale pour les États-Unis.

La Chine, pour sa part, s'irrite de ce qu'elle perçoit comme une ingérence américaine dans la région et veut négocier individuellement avec les pays de l'ASEAN.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer