Des milliers de Nord-Coréens célèbrent la fin du deuil de Kim Jong-il

La télévision a également montré des rangées de... (PHOTO REUTERS/KYODO)

Agrandir

La télévision a également montré des rangées de Coréens du Nord emmitouflés en train de s'incliner devant la statue géante de Kim Jong-il (à droite).Cette statue, comme celle de Kim Il-sung (à gauche), fait plus de 20 mètres de haut et a été érigée sur la colline Mansu à Pyongyang.

PHOTO REUTERS/KYODO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SÉOUL

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a présidé mercredi la cérémonie marquant, trois ans après sa mort, la fin de la période de deuil en hommage à son père Kim Jong-il.

Des dizaines de milliers de militaires et de membres du parti unique au pouvoir dans ce pays parmi les plus hermétiques au monde assistaient à la cérémonie.

Vêtu d'un manteau et d'un chapeau en fourrure noirs, Kim Jong-un, a écouté impassible une succession de panégyriques du défunt dirigeant.

«Nous parviendrons à une Corée réunifiée et prospère conformément aux désirs de notre grand leader Kim Jong-il», a déclaré le chef de l'État nord-coréen, Kim Yong-nam dont la fonction est largement honorifique.

La télévision publique a diffusé des images d'un Kim Jong-un claudiquant autour du Palais du Soleil Kumsusan où reposent les corps embaumés de son père et de son grand-père, Kim Il-sung, fondateur de ce qui est considéré comme la seule dynastie communiste de l'Histoire.

La télévision a également montré des rangées de Coréens du Nord emmitouflés en train de s'incliner devant la statue géante de Kim Jong-il.

Cette statue, comme celle de Kim Il-sung, fait plus de 20 mètres de haut et a été érigée sur la colline Mansu à Pyongyang. Ces statues sont perçues comme le symbole le plus marquant du culte de la personnalité entretenu par le régime.

«En dépit du froid glacial de ce matin de décembre, notre coeur se réchauffe pour lui et notre fidélité se renforce», a dit un commentateur de la télévision publique.

Les personnes présentes déposaient des bouquets de fleurs devant la statue de Kim Jong-il, qui a dirigé le pays pendant 17 ans, cédant la place après sa mort en 2011 à son fils.

«Nous nous languissons du général, notre père gracieux», a ajouté le commentateur, saluant l'ancien dirigeant pour avoir développé le programme nucléaire nord-coréen. «Mais en la personne du maréchal, nous voyons le général vivre une vie éternelle», a-t-il ajouté en référence au numéro un actuel.

Yonhap, l'agence de presse sud-coréenne, a expliqué que cet anniversaire marquait la fin de la période de deuil de trois ans de Kim Jong-il.

Même si les conditions de vie se sont un peu améliorées depuis l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-un, le pays est plus isolé que jamais, disent les analystes à Séoul.

Sur la sellette à cause de son programme nucléaire, la Corée du Nord est aussi accusée par les Nations unies de graves violations des droits de l'homme.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit tenir lundi sa première réunion entièrement consacrée aux violations des droits de l'homme en Corée du Nord, à la demande de dix de ses 15 pays membres et malgré les protestations de Pyongyang.

Après l'adoption le mois dernier par l'Assemblée générale de l'ONU d'une résolution demandant au Conseil de saisir la Cour pénale internationale (CPI) pour des exactions commises par le régime nord-coréen, Pyongyang avait brandi la menace d'un nouvel essai nucléaire.

La Corée du Nord a également appelé le conseil de sécurité de l'ONU à condamner les États-Unis après un rapport accablant sur l'usage de la torture par la CIA.

La famille Kim règne sans partage sur la Corée du Nord depuis la fin de la guerre avec le Sud (1950-53).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer