Le neuvième art contre le viol en Inde

Les agressions sexuelles ont soulevé une vague d'indignation... (PHOTO INDRANIL MUKHERJEE, AFP)

Agrandir

Les agressions sexuelles ont soulevé une vague d'indignation en Inde, notamment dans la capitale New Delhi.

PHOTO INDRANIL MUKHERJEE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le viol constitue un problème criant en Inde, où les victimes sont encore souvent montrées du doigt en lieu et place des agresseurs. Mais les choses pourraient évoluer grâce à Priya, «l'héroïne» d'une nouvelle bande dessinée.

La jeune femme reçoit le soutien de puissants dieux hindous qui l'aident à triompher de ses adversaires après qu'elle eut été violée par un groupe d'hommes de son village.

«J'avais l'habitude quand j'étais jeune de lire une bande dessinée très populaire basée sur la mythologie hindoue [...]. Souvent, on y voyait de simples villageois qui se tournaient vers les dieux pour demander de l'aide dans des situations difficiles. Je me suis dit qu'on pourrait très bien les faire intervenir pour un problème important comme celui du viol», raconte en entrevue l'instigateur de ce projet de sensibilisation, Ram Devineni.

L'idée est venue au réalisateur d'origine indienne lors d'un séjour à New Delhi il y a deux ans. Une étudiante de 23 ans a alors été violée par plusieurs hommes dans un autobus avant d'être abandonnée au bord de la route. Elle est morte de ses blessures quelques semaines plus tard. L'événement avait suscité une vague d'indignation.

«J'ai été vraiment choqué par ce qui est arrivé», souligne M. Devineni, qui dit avoir été estomaqué à l'époque par les propos d'un policier ayant suggéré qu'elle était responsable de ses malheurs.

Il a alors entrepris de rencontrer plusieurs victimes de viol, qui l'ont convaincu par leurs témoignages de l'importance de la composante culturelle du problème.

«La plupart des victimes ont beaucoup de mal à obtenir justice. Elles se font dire par leur famille, les voisins, les policiers qu'il ne faut pas porter plainte. Beaucoup se font intimider... Une des femmes que j'ai interviewées doit être accompagnée d'un policier armé quand elle se déplace parce que sa vie est toujours menacée», relate le réalisateur.

Priya - «bien aimée» en hindi, selon M. Devineni - est en quelque sorte une «composition de toutes les femmes que j'ai rencontrées et interrogées», précise-t-il.

Victime d'un viol au début de l'histoire, elle se voit chassée de son village par ses parents, qui l'accusent d'avoir fait honte à la famille. Le tout sous le regard dégoûté de la déesse Parvati, qui vient à sa défense lorsqu'elle se retrouve de nouveau confrontée à l'un de ses agresseurs.

Le dieu Shiva, outré de la situation, décrète qu'aucun homme ne pourra plus jamais se reproduire, semant un vent de panique sur terre et la discorde parmi les dieux. Parvati, après avoir tranquillisé son puissant conjoint, charge Priya de faire changer les mentalités.

Après avoir amadoué un tigre qui lui sert de monture, elle va de village en village pour préconiser l'égalité entre les hommes et les femmes et l'importance de dénoncer toute agression.

L'ouvrage, très coloré, qui est offert gratuitement en ligne, doit être distribué prochainement en version papier à des dizaines de milliers d'exemplaires avec le soutien d'une organisation non gouvernementale. Il vise un public d'adolescents et de jeunes adultes.

Des fresques à l'effigie de Priya ont par ailleurs été peintes à plusieurs endroits à Bombay. En utilisant leur téléphone intelligent et l'application Blippar pour numériser l'image, les résidants peuvent accéder à des vidéos d'animation et d'autres contenus pertinents.

Certaines images de la bande dessinée peuvent être numérisées de la même façon, par exemple pour accéder à des enregistrements de victimes de viol qui appellent la population à agir.

«Les gens peuvent aussi se prendre en photo sous un message qui dit qu'ils sont solidaires avec Priya, et donc solidaires des femmes violées, en vue de la partager sur les réseaux sociaux», souligne Ram Devineni.

Le réalisateur souligne que la bande dessinée a été passée en revue par une batterie de spécialistes afin de minimiser les risques de friction. Il n'est pas impossible pour autant que des fondamentalistes hindous s'en prennent à l'initiative, juge-t-il.

«L'Inde est un pays où tout peut arriver, alors je suis prêt à tout. Je crois au projet et je suis prêt à prendre le risque», souligne le réalisateur.

__________________________________

La bande dessinée peut être feuilletée à l'adresse suivante: http://www.priyashakti.com/portfolio/comic-book/

Contenu enrichi

Pour explorer le contenu enrichi «caché» dans la bande dessinée, il faut télécharger l'application Blippar (dans l'App Store pour Apple ou Play Store pour Android) et numériser certaines images. Par exemple, en utilisant une image, on voit apparaître le dieu Shiva qui semble tourner dans l'espace.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer