Le typhon Hagupit touche les Philippines

Des résidants de Surigao ont été forcés de... (PHOTO ERWIN FRAMES, REUTERS)

Agrandir

Des résidants de Surigao ont été forcés de quitter leur domicile et de trouver refuge dans une école, le 6 décembre.

PHOTO ERWIN FRAMES, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Imelda Magbutay
Agence France-Presse
TACLOBAN

Le typhon Hagupit, qui pourrait être le plus important à toucher les Philippines cette année, a frappé samedi l'est de l'archipel, en proie à des vents terrifiants et des pluies intenses.

Le typhon a commencé à frapper l'ile orientale de Samar dans la soirée, a indiqué à l'AFP Mark Timbal, porte-parole de l'Agence gouvernementale de lutte contre les catastrophes naturelles.

Les autorités avaient dès vendredi ordonné à des millions de Philippins de se réfugier dans des églises, écoles et autres gymnases à l'approche du typhon sur le pays, coutumier des intempéries désastreuses.

S'exprimant quelques heures avant l'arrivée du typhon, le ministre de l'Intérieur Mar Roxas, présent sur l'île de Samar, avait lancé aux secours chargés d'évacuer la population: «Il faut continuer. Je sais que vous êtes fatigués, que vous n'avez pas assez dormi, pas assez mangé, bu trop de café. Mais c'est le dernier effort. Chaque personne que nous sauvons maintenant est une personne de moins qu'il faudra rechercher lorsque le typhon sera passé».

La tempête devrait affecter plus de la moitié de l'archipel, dont des régions du centre-est déjà dévastées il y a un an par le super typhon Haiyan.

«Toutes les ressources sont en train d'être mobilisées», a expliqué le directeur régional de la défense civile Bernardo Alejandro, précisant que les véhicules des autorités locales et de l'armée étaient mis à contribution pour les opérations d'évacuation.

Pour la seule région de Bicol, au nord de Samar, plus de 600 000 personnes ont été regroupées dans des centres d'évacuation, et les autorités de la région comptent évacuer au total plus de deux millions de personnes.

Bicol est une région d'agriculture et de pêche située légèrement au nord des zones les plus touchées par le super typhon Haiyan qui avait dévasté les Philippines le 8 novembre 2013, faisant plus de 7350 morts. Haiyan, qui s'était formé dans l'océan Pacifique, était accompagné des vents les plus violents jamais enregistrés à terre et de vagues géantes qui avaient lessivé le littoral.

Évacuations massives 

À Tacloban, l'une des villes les plus durement touchées par Haiyan, des centaines de personnes se sont réfugiées dans un gymnase dès vendredi.

«On a appris notre leçon avec Haiyan», dit Rita Villadolid, 39 ans. «Tout le monde est paralysé par la peur».

D'autres habitants de cette localité côtière située sur l'île de Leyte se sont abrités dans les écoles et les églises, les bâtiments les plus solides de la ville. Les personnes les plus fortunées se sont rendues à l'hôtel.

D'après l'agence météo nationale Pagasa, Hagupit a légèrement faibli dès vendredi avec des vents soufflant un peu moins fort à 195 km/h.

Le centre de surveillance conjoint des typhons de la Marine américaine a lui aussi dégradé Hagupit, passé du statut maximal de super typhon à celui de typhon.

L'impact du typhon devrait être ressenti sur une bande de plus de 600 kilomètres de large, ce qui fait peser une menace sur près de 50 millions de personnes, soit la moitié de la population, a indiqué à l'AFP Corazon Soliman, ministre des Affaires sociales.

Le typhon serait le plus violent attendu sur l'archipel cette année, a prédit l'agence Pagasa. Il doit toucher 55 des 85 provinces du pays. L'oeil du cyclone devait passer sur les provinces orientales de Samar et Leyte, avant de se diriger vers le centre de l'archipel.

Les Philippines, un pays en développement de 100 millions d'habitants, subissent régulièrement des intempéries meurtrières, avec en moyenne chaque année une vingtaine de typhons.

L'archipel est souvent la première masse terrestre d'importance que rencontrent les typhons qui se forment dans l'océan Pacifique, mais les scientifiques estiment que la virulence des tempêtes de ces dernières années est imputable au changement climatique.

En décembre 2012, plus de 1900 personnes avaient trouvé la mort ou étaient portées disparues lorsque le typhon Bopha avait frappé l'île méridionale de Mindanao, une région d'ordinaire peu affectée par ce type d'intempéries.

En décembre 2011, 1268 personnes avaient été tuées lorsque la tempête tropicale Washi avait provoqué d'importantes inondations, également à Mindanao.

HaiyanBopha et Washi furent les tempêtes les plus meurtrières dans le monde depuis les trois dernières années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer