Un ministre du yoga dans le gouvernement indien

Ce nouveau portefeuille ministériel à part entière sera... (PHOTO PRAKASH SINGH, AFP)

Agrandir

Ce nouveau portefeuille ministériel à part entière sera occupé par l'ancien ministre du Tourisme, Shripad Yesso Naik.

PHOTO PRAKASH SINGH, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW DELHI

Le premier ministre indien, Narendra Modi a nommé un ministre du yoga afin de relancer cette discipline ancienne, dans le cadre d'un important remaniement ministériel visant à accélérer les réformes après son arrivée au pouvoir en mai.

Modi, strict végétarien et fervent adepte du yoga qu'il pratique quotidiennement, a désigné dimanche soir un ministre chargé des médecines et pratiques traditionnelles telles que l'ayurveda, le yoga, l'Unani, le Siddha et l'homéopathie (AAYUSH).

Le dirigeant nationaliste hindou avait demandé à l'ONU en septembre d'envisager l'instauration d'une journée mondiale du yoga. Lors de sa visite aux États-Unis, il a vanté les mérites de cette discipline indienne traditionnelle avec Barack Obama.

Intervenant dimanche lors d'un congrès mondial de l'ayurdeva, médecine traditionnelle pratiquée en Inde, Modi a estimé que «le yoga avait acquis une reconnaissance mondiale pour ceux qui veulent vivre sans stress et choisissent d'avoir une approche holistique de la santé».

L'ayurdeva parviendra à atteindre une reconnaissance similaire «si elle est présentée de façon correcte comme un mode de vie», a ajouté le premier ministre indien.

Devant l'Assemblée générale de l'ONU en septembre, il avait estimé que le yoga «permettait de découvrir le sens de l'unité entre soi, le monde et la nature».

Ce nouveau portefeuille ministériel à part entière sera occupé par l'ancien ministre du Tourisme, Shripad Yesso Naik.

Plus largement, Modi a dévoilé dimanche soir les portefeuilles des 21 nouveaux ministres et secrétaires d'État, avec en particulier la nomination d'un ministre de la Défense, Manohar Parrikar, pour alléger la tâche d'Arun Jaitley, qui cumulait le poste avec celui des Finances.

Le gouvernement de Modi compte désormais quatre nouveaux ministres et 17 nouveaux secrétaires d'État, portant l'exécutif à 66 membres, dont le premier ministre.

Parrikar aura la lourde tâche de conduire la modernisation de l'armée indienne, et en particulier de conduire les négociations pour l'acquisition de 126 avions de combat Rafale du français Dassault, entamées en janvier 2012 et régulièrement prolongées depuis.

Le nouveau ministre jouit d'une réputation de probité héritée de son action à la tête de l'exécutif de l'État de Goa, un atout au moment où nombre de contrats de défense ont été bloqués par des soupçons de corruption sous le précédent gouvernement indien du parti du Congrès.

Parmi les autres nominations, le ministère des Chemins de fer, crucial étant donné les dizaines de millions d'Indiens qui utilisent le rail chaque jour et qui souffre d'infrastructures défaillantes, a été attribué à Suresh Prabhu.

Ce dirigeant du parti régional nationaliste hindou Shiv Sena a rejoint le Bharatiya Janata Party (BJP) de Modi juste avant la prestation de serment dimanche.

Narendra Modi, qui a promis de relancer croissance et investissement et bénéficie d'un regain de confiance des marchés, n'a pas encore mené de réforme de grande ampleur, comme le réclament certains économistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer