Rencontre glaciale entre les dirigeants chinois et japonais

Le premier ministre japonais Shinzo Abe (à gauche)... (PHOTO KIM KYUNG-HOON, AP)

Agrandir

Le premier ministre japonais Shinzo Abe (à gauche) serre la main du président chinois Xi Jinping, lors de leur rencontre au Grand palais du peuple, place Tiananmen. Sourires non inclus.

PHOTO KIM KYUNG-HOON, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PÉKIN

La première rencontre formelle entre le président chinois Xi Jinping et le premier ministre japonais Shinzo Abe, lundi à Pékin, a plutôt été glaciale que cordiale, selon l'avis des internautes et des experts.

En accueillant au Grand palais du peuple, place Tiananmen, la présidente sud-coréenne Park Geun-hye, le numéro un chinois affichait un visage radieux. Mais, deux heures plus tard, tout sourire avait disparu du visage de M. Xi, devenu impassible en face du dirigeant nippon.

Au terme de plusieurs semaines de suspense et de négociations en coulisse, la rencontre au sommet, devant les caméras, a bien eu lieu en marge du sommet de l'Asie-Pacifique (APEC). Mais elle a illustré le poids des tensions exacerbées.

Les internautes ne s'y sont pas trompés, qui ont disséqué les images de l'instant historique, dans une vidéo de 39 secondes mise en ligne sur le portail Sina.com.

On y voit d'abord Shinzo Abe contraint d'attendre, les mains croisées, que Xi Jinping se place à l'endroit prévu pour le début de l'entrevue.

Xi Jinping reste silencieux tant que dure sa poignée de main avec Shinzo Abe, qui lui au contraire parle, le Chinois donnant ainsi l'impression de ne pas répondre au Japonais.

Les relations entre Pékin et Tokyo se sont beaucoup dégradées, en raison d'un différend territorial et de vives dissensions de nature historique. Arrivés au pouvoir il y a environ deux ans, Shinzo Abe et Xi Jinping n'avaient jusqu'à ce lundi jamais eu de sommet bilatéral.

La rencontre a été organisée «à la demande de la partie japonaise», a tenu à souligner Chine Nouvelle, l'agence de presse officielle chinoise.

Le «langage corporel» du numéro un chinois a été éloquent : le buste légèrement penché en arrière, à l'opposé de ce qui pourrait être analysé comme une courbette, Xi Jinping n'a pas franchement tendu la main, semblant plutôt serrer celle qui lui était tendue.

«Quelle poignée de main contre nature!», a commenté un internaute, au pseudonyme de Yagami.

«On peut constater que les deux dirigeants font de leur mieux pour signifier leur ennui et leur distance», a analysé à l'AFP Nick Morgan, un expert en langage corporel.

«Ils se détournent l'un de l'autre : il s'agit d'une salutation froide et fondée sur un faible niveau de confiance», a-t-il ajouté.

D'autres internautes se sont demandé si Xi Jinping avait intentionnellement fait attendre Shinzo Abe. Beaucoup considéraient que le numéro un chinois avait bien rempli son rôle en traitant avec distance le premier ministre nippon.

«Un grand pays se doit de faire valoir son rang», a affirmé un internaute nommé Jialeishi. «Le Japon a l'air un peu pathétique», s'est félicité un troisième, alors que la rencontre Xi-Abe était très commentée sur les réseaux sociaux.

Pour le banquet du soir au Parc olympique de Pékin, Xi Jinping a de nouveau accueilli Shinzo Abe, certes avec un sourire plus visible, mais, là aussi, de façon nettement moins chaleureuse que les autres invités.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer