MH370: la colère des familles chinoises ne faiblit pas

Il y avait 153 ressortissants chinois sur le... (Photo KIM KYUNG-HOON, Reuters)

Agrandir

Il y avait 153 ressortissants chinois sur le vol MH370 disparu le 8 mars des écrans radars, soit les deux-tiers des personnes présentes à son bord. Ci-dessus, un membre de la famille de l'un des passagers.

Photo KIM KYUNG-HOON, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars dans la nuit du 7 au 8 mars avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
PÉKIN

Frustrés et furieux, des proches des passagers chinois du vol MH370 ont assailli mercredi de questions virulentes et de sarcasmes l'ambassadeur malaisien à Pékin.

Pendant plus de quatre heures, ils ont exposé leurs récriminations à l'ambassadeur Iskandar Sarudin dans une salle du Lido, l'hôtel pékinois où Malaysia Airlines héberge depuis plus de deux semaines les familles des passagers chinois du Boeing disparu.

Ils se sont notamment indignés du soudain retrait des personnels mobilisés par la compagnie pour les assister, et ils ont fait à nouveau part de leur scepticisme sur le sort du MH370.

M. Sarudin a alors indiqué que les personnels malaisiens avaient été retirés de l'hôtel parce que «l'émotion était à son comble» après l'annonce lundi par Kuala Lumpur que l'avion s'était abîmé dans le sud de l'océan Indien.

Ces explications n'ont fait qu'aviver le mécontentement de l'assistance, qui comptait une bonne partie des 300 proches de passagers chinois.

«Il n'y a aucune trace de l'avion, alors pourquoi êtes-vous tellement pressé de conclure qu'il s'est abîmé (en mer)?», a hurlé un homme, tandis qu'un autre ajoutait: «Nous vous demandons de revenir sur cette annonce»

Une présentation de données satellitaires a suscité une vague de sarcasmes: «Vous n'avez rien d'autre à montrer que ces satanées diapositives?», a réagi un homme.

La déclaration d'un lieutenant-général de la Royal Malaysian Air Force, rappelant que la thèse du détournement d'avion n'était toujours pas exclue, n'a pas été mieux accueillie.

«Si vous n'écartez pas cette possibilité, ça veut donc dire que vous n'excluez pas la possibilité que nos proches bien-aimés n'aient pas péri en mer?», s'est enquise une femme.

Mardi, quelque 200 Chinois avaient marché de l'hôtel Lido à l'ambassade de Malaisie en Chine, devant laquelle ils avaient longuement manifesté leur fureur et leur désespoir, se disant persuadés qu'on leur cachait la vérité.

Il y avait 153 ressortissants chinois sur le vol MH370 disparu le 8 mars des écrans radars, soit les deux-tiers des personnes présentes à son bord.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer