Retour aux rues de Ngozi pour un Burundais de Québec

Abdoul Irakoze, 17 ans, fait partie de la... (PHOTO JEAN-THOMAS LÉVEILLÉ, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Abdoul Irakoze, 17 ans, fait partie de la dizaine d'enfants de la rue qui travaillent au lave-auto de Ngozi, mis sur pied par un Burundais de Québec.

PHOTO JEAN-THOMAS LÉVEILLÉ, COLLABORATION SPÉCIALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ils ont parfois à peine 5 ans. Orphelins ou simplement chassés de chez eux, ils se retrouvent à la rue. Littéralement. Réduits à mendier ou à commettre de petits délits. Mais à Ngozi, dans le nord du Burundi, quelqu'un s'occupe d'eux. Un Burundais qui vit maintenant à Québec. La rue, il la connaît. Il y a grandi.

Ngozi, Burundi - Le soleil plombe sur la cour, en ce milieu d'avant-midi. Abdoul Irakoze frotte vigoureusement une Toyota Spacio bleu foncé, tachée de cette terre ocre qui recouvre les routes poussiéreuses du Burundi. Le garçon de 17 ans fait partie de la dizaine d'enfants de la rue qui travaillent au lave-auto de Ngozi, le seul de la deuxième ville du Burundi.

Le car wash, comme on l'appelle ici, a été construit sur la route nationale, qui traverse la ville. Il permet à ces adolescents abandonnés à eux-mêmes d'avoir un revenu. L'objectif est de leur permettre de se trouver un toit. C'est d'ailleurs la seule condition d'embauche: qu'ils quittent la rue.

C'est Kira, une petite organisation non gouvernementale (ONG) mise sur pied par Diomède Niyonzima, un Burundais qui vit aujourd'hui à Québec, qui a loué le terrain et construit le lave-auto, en mars dernier. Une suite logique pour ce jeune trentenaire qui s'occupait déjà de six enfants de la rue avant d'immigrer au Canada, en 2011.

«Chaque samedi et dimanche, je les traînais dans ma voiture, on allait au marché, on faisait les courses, on jouait au soccer et on se préparait à manger», raconte M. Niyonzima

Après avoir rejoint sa conjointe et leurs enfants à Québec, il s'est inquiété pour ses anciens protégés. L'idée de fonder Kira est née lors d'une discussion dans un bar.

À coups de billets de 20 $ donnés par ses amis, il a pu continuer à aider les enfants de Ngozi, par l'entremise d'un ami là-bas. Mais le nombre de bouches à nourrir augmentait. «Ces repas hebdomadaires, ça aidait les enfants, explique-t-il, mais il fallait qu'on passe au niveau supérieur et qu'on trouve comment les sortir de la rue.»

De la rue à l'université

Si Diomède Niyonzima se préoccupe autant du sort des enfants de la rue, c'est qu'il est lui-même passé par là. Lors du génocide de 1993, au Burundi, il a perdu 43 membres de sa famille, dont ses parents. Il avait 13 ans.

«Je suis resté quatre à six mois dans un camp de déplacés, où je voyais les gens mourir de faim, de soif, de choléra», raconte-t-il.

Un jour, pour fuir, il s'est accroché à l'arrière du camion qui apportait l'eau au camp. C'est ainsi qu'il s'est retrouvé à Ngozi, dans la rue. «Il a fallu que je survive comme ces autres enfants qui sont dans la rue aujourd'hui», dit-il.

Un coiffeur l'a pris sous son aile, lui permettant de dormir dans son commerce à condition de passer le balai. Puis il a appris à coiffer, ce qui lui a permis de reprendre les classes. «J'allais à l'école le matin et l'après-midi, je coiffais pour gagner l'argent pour me nourrir et pour m'acheter un stylo ou autre chose.»

Le principe de la dot

Pour 3000 francs burundais (2,25 $), soit environ le coût de deux grandes Primus, la bière de l'Afrique des Grands Lacs, les automobilistes peuvent faire laver leur voiture en ville, au lieu d'aller dans la rivière. Un tiers de la somme va aux jeunes de la rue, un tiers à leurs encadreurs et le dernier tiers à Kira.

Ces fonds ainsi que les dons recueillis au Québec permettent de trouver une famille d'accueil aux jeunes enfants de la rue, de 5 à 15 ans, et de les envoyer à l'école. Et l'ONG s'est inspirée de la tradition burundaise de la dot pour faire fructifier son oeuvre: plutôt que de donner de l'argent aux familles, elle leur remet une vache ou des chèvres. En échange, le premier veau (ou chevreau) doit lui revenir, afin qu'elle puisse le donner à une autre famille, qui accueillera un autre enfant.

Dans le huitième pays le plus pauvre de la planète, où «les services sociaux n'existent presque pas», se désole Diomède Niyonzima, l'idée plaît tant aux autorités qu'aux commerçants, qui notent «moins de mendicité» depuis l'ouverture du lave-auto, en mars dernier, certifie Alphonse Ndagijimana, président du conseil d'administration de la branche burundaise de Kira.

Diomède Niyonzima aimerait voir Kira prendre de l'ampleur et aider d'autres enfants qui vivent dans la rue, dans d'autres villes du Burundi. «Moi, je ne fais que semer une graine, dit-il. Je ne veux pas sauver le monde, mais cette graine, une fois arrosée et entretenue, elle donnera des fruits.»

____________________________________

Pour des informations sur l'organisation Kira: kiraburundi.org

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer