Accord nord-américain sur les énergies vertes

Jim Carr, ministre des Ressources naturelles du Canada,... (PHOTO CNW)

Agrandir

Jim Carr, ministre des Ressources naturelles du Canada, Pedro Joaquín Coldwell, secrétaire à l'Énergie du Mexique, et Ernest Moniz, secrétaire à l'Énergie des États-Unis.

PHOTO CNW

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Winnipeg

Le Canada, les États-Unis et le Mexique se sont entendus vendredi pour partager leurs données et leurs cartes alors que les trois pays travaillent à développer leurs énergies vertes.

Le ministre canadien des Ressources naturelles Jim Carr a affirmé que les trois pays ne pouvaient pas tourner le dos à une tendance internationale qu'ils ne peuvent contrôler.

Aux côtés de ses homologues américain et mexicain, M. Carr a déclaré que les trois pays tentaient ainsi de mieux coordonner leurs «ressources abondantes» et de s'assurer qu'ils «prennent les devants» sur le plan international.

Il s'agit d'une avancée importante, selon le ministre, puisqu'elle permet une «approche continentale intégrée en matière d'énergie».

Concrètement, les pays se sont engagés à travailler ensemble sur des enjeux spécifiques, dont l'implantation d'énergies renouvelables comme la production d'électricité, le développement de technologies vertes et l'amélioration de l'efficacité énergétique, du captage, de l'utilisation et du stockage du carbone.

L'entente a été annoncée le jour suivant une rencontre entre M. Carr, le secrétaire mexicain de l'Énergie Joaquin Coldwell, le secrétaire américain de l'Énergie Ernest Moniz, ainsi que plusieurs acteurs de l'industrie, des organisations non gouvernementales et des représentants des organismes de règlementation.

Le premier ministre Justin Trudeau avait affirmé qu'une stratégie continentale sur l'énergie ferait l'objet de discussions lors de sa rencontre avec le président américain Barack Obama, prévue le mois prochain.

Alors que les représentants des trois pays signaient l'entente, un manifestant contre l'oléoduc Énergie Est a brandi une pancarte sur laquelle il était écrit: «Gardez-le au sol» («Keep it in the ground»). On lui a permis de s'exprimer avant qu'il ne soit forcé de sortir avec des agents de sécurité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer