Sur Twitter, SeaWorld et les défenseurs des animaux s'affrontent au sujet des orques

La campagne a été lancée après la diffusion... (Photo Mathieu Belanger, Reuters)

Agrandir

La campagne a été lancée après la diffusion par une chaîne nationale d'un documentaire intitulé Blackfish à propos des orques en captivité.

Photo Mathieu Belanger, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MIAMI

L'entreprise américaine de parcs aquatiques SeaWorld et des défenseurs des animaux se livrent une bataille sur les réseaux sociaux au sujet d'une campagne de SeaWorld sur le traitement des orques, dont la vie en captivité fait polémique et a affecté les recettes du groupe.

SeaWorld, dont le siège est en Floride, a demandé à ses vétérinaires et aux entraîneurs de répondre sur les réseaux sociaux aux questions du public sur le traitement des orques à travers le mot-clé AskSeaWorld (demandez à SeaWorld).

Mais SeaWorld affirme que l'organisation PETA et d'autres défenseurs des animaux ont «envahi» les réseaux pour «noyer» les réponses.

«Il n'est pas surprenant que les militants des droits des animaux, surtout PETA, aient envahi Twitter pour tenter d'empêcher les personnes qui ont des questions légitimes d'obtenir des réponses», a expliqué SeaWorld sur son site internet.

«Jusqu'à maintenant, 70% des questions sont issues de PETA et d'autres organisations ou d'un ''bot'' (un logiciel qui génère automatiquement des messages sur les réseaux). Il est regrettable que ces personnes tentent de noyer les réponses honnêtes et raisonnables en envahissant les réseaux sociaux avec des questions qui se répètent et des comptes fictifs», a poursuivi le groupe.

Mais PETA assure que ces réactions sont «spontanées».

L'initiative de SeaWorld «est contre-productive parce que les gens y ont vu l'occasion de dire à SeaWorld ce qu'ils pensent de la cruauté qui consiste à séparer les familles d'orques, à forcer les orques à nager en rond dans de petits bassins en béton pendant des années et à les droguer pour masquer le stress et la colère que leur cause la captivité», a réagi Colleen O'Brien, une responsable de PETA.

Sur les réseaux sociaux, les questions adressées à SeaWorld sont par exemple «pourquoi les animaux sont-ils privés de nourriture à moins qu'ils ne se produisent?» ou «pourquoi engagez-vous des entraîneurs qui n'ont aucune expérience de la biologie marine?»

L'an passé, SeaWorld avait admis que ses résultats avaient chuté, dans la foulée d'une campagne menée contre lui au sujet du traitement de ses orques.

La campagne a été lancée après la diffusion par une chaîne nationale d'un documentaire intitulé Blackfish à propos des orques en captivité.

SeaWorld a ensuite annoncé son intention d'agrandir ses delphinariums.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer