Les chauves-souris ont recommencé à croître en Europe

L'embellie survient après un «déclin historique massif» en... (PHOTO ARND WIEGMANN, REUTERS)

Agrandir

L'embellie survient après un «déclin historique massif» en particulier durant la seconde moitié du 20e siècle «du fait de l'intensification de l'agriculture et de la disparition ou destruction des habitats».

PHOTO ARND WIEGMANN, REUTERS

Agence France-Presse
Bruxelles

Les chauves-souris ont recommencé à se multiplier en Europe depuis vingt ans, avec un bond de 45 % pour 16 espèces, mais leur survie reste menacée, selon une étude publiée jeudi par l'Agence européenne de l'environnement.

Cette recherche a été menée sur 6000 sites d'hibernation dans neuf pays entre 1993 et 2011, sur 16 des 45 espèces recensées au total en Europe.

«Les résultats suggèrent que les politiques ciblées de conservation mises en place ces dernières années ont été efficaces», s'est félicité le directeur de l'Agence, Hans Bruyninckx.

«Mais beaucoup d'espèces restent menacées et préserver leurs habitats reste une priorité importante», a-t-il mis en garde.

D'autant que ces mammifères volants, «très sensibles à la température» peuvent constituer pour les scientifiques un excellent indicateur des effets du changement climatique, relève l'étude. Insectivores, les chauves-souris sont aussi des antiparasitaires naturels pour l'agriculture.

Selon l'Agence, l'embellie survient après un «déclin historique massif» en particulier durant la seconde moitié du 20e siècle «du fait de l'intensification de l'agriculture et de la disparition ou destruction des habitats».

Les chauves-souris européennes ont aussi «été empoisonnés par les traitements chimiques des bois et charpentes», notamment à la dieldrine, un insecticide dont la toxicité a tardé à être reconnue, relève l'étude.

Toutes les chauves-souris ne sont pas égales face aux dangers qui continuent de les menacer : sur les 16 espèces observées, l'oreillard gros (plecotus austriacus), reconnaissable à ses grandes oreilles, a ainsi continué de décliner sur la période étudiée.

Le rythme de croissance enregistré depuis 1993 s'est aussi stabilisé depuis 2003, tandis que de nouveaux dangers guettent, dont les éoliennes, qui peuvent être fatales pour les espèces migrantes, met en garde l'étude.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer