L'accord de Copenhague est «urgent» pour 90% de la population

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La signature d'un accord pour limiter le réchauffement... (Photo AFP)

Agrandir

La signature d'un accord pour limiter le réchauffement climatique a été jugé «urgent» par 90% des 4000 citoyens sondés.

Photo AFP

 

Anne CHAON
Agence France-Presse
Paris

Plus de 4000 citoyens de 38 pays riches ou en développement, consultés simultanément samedi sur le changement climatique, ont jugé à 90% «urgent» de conclure un accord mondial contre le réchauffement en décembre à Copenhague.

«Si l'on croyait que les questions d'environnement et de climat n'étaient qu'un problème de riches, on a ici la démonstration du contraire», commentait mardi Stéphane Hallegatte, économiste du Centre de recherche sur l'environnement et le développement (CIRED) à Paris. À l'initiative du Danemark, une centaine de participants dans chaque pays préalablement sélectionnés et formés, se sont réunis lors de tables rondes pour répondre à un questionnaire unique et émettre leurs recommandations aux décideurs.

Selon les résultats publiés sur le site World Wide Views (www.wwviews.org), l'inquiétude est encore plus perceptible dans les pays en développement (80%) que parmi les mieux lotis (46%), les citoyens des premiers ne cherchant d'ailleurs pas à exonérer leur pays des efforts à conduire.

Ainsi, les représentants des pays en développement ont considéré à 76% que leur pays devait s'associer aux efforts de réduction des émissions des gaz à effet de serre des pays industrialisés, au fur et à mesure que leurs revenus et leurs émissions augmenteraient (49%).

Cette formulation, qui concerne les grandes économies émergentes, reçoit l'approbation de 43% des Chinois et de 53% des Indiens.

Les sept tables rondes organisées aux États-Unis montrent que les Américains approuvent à 56% un objectif de réduction des émissions «de 25 à 40%» en 2020 par rapport à 1990 dans les pays industrialisés». Un tiers (31%) seraient même prêts à viser plus de 40% de réduction, alors que l'administration Obama, sous la pression du Congrès, s'en tient à un objectif de moins 5% en 2020.

Daniel Boy, de l'Institut de sciences politiques de Paris, relève l'absence de surenchère de la part des citoyens des pays pauvres, qui préconisent à 56% une réduction réaliste (moins 25 à moins 40% des émissions) pour les pays riches, pourtant responsables de l'essentiel de la pollution passée.

Dans les pays industrialisés, 61 % sont partants pour un objectif d'au moins 40% de réduction des émissions.

Les positions divergent par contre sur les moyens de contenir les émissions polluantes: «Tout le monde est d'accord pour sauver la planète, mais on est un peu moins nombreux quand il s'agit de payer son essence plus cher», souligne Stéphane Hallegatte.

Ainsi, à la question «Pensez vous que le prix des énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) devrait être augmenté?», 36% des intervenants français répondent non.

Pour le climatologue français Hervé Le Treut, «les questions qui étaient posées, à l'articulation de la science et de l'engagement citoyen, prouvent la nécessité d'impliquer les populations dans le débat. Maintenant qu'on rentre dans le «dur», estime-t-il, il est temps de sortir de la simple incantation».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer