Deux Montréalais vendent un scénario à Roland Emmerich

Les acteurs James A. Woods (sur la photo)... (Photo: fournie par l'artiste)

Agrandir

Les acteurs James A. Woods (sur la photo) et Nicolas Wright ont présenté un scénario à Rolan Emmerich, réalisateur entre autres des films White House Down et Independance Day. Celui-ci a acheté le projet des deux Montréalais.

Photo: fournie par l'artiste

James A. Woods et Nicolas Wright, deux acteurs montréalais dans la trentaine, viennent de réussir un coup de maître en vendant le scénario d'un film d'action à Roland Emmerich, réalisateur des mégaproductions White House Down et Independance Day.

«Il se passe des choses extraordinaires dans notre carrière, dit James A. Woods en entrevue à La Presse. Nous vivons des moments très excitants. Nicolas et moi avons plusieurs projets d'écriture ensemble. Je suis acteur depuis une quinzaine d'années, mais je peux dire que la scénarisation fait maintenant entièrement partie de ma vie.»

Pour des raisons de confidentialité, M. Woods ne peut donner de détails sur le contenu du film, si ce n'est que l'action se passe sur un navire de support de plongée dans les eaux arctiques. «Les gars qui travaillent là-dedans sont soumis à des pressions énormes, comme les gens qui vont dans la Station spatiale», lance le comédien et scénariste.

S'il est tenu au secret quant au contenu du film, il précise que le scénario a été vendu à Centropolis, maison de production de Roland Emmerich, grâce à l'aide de Marco Shepperd, directeur de cette entreprise. De plus, Wright et lui ont eu l'occasion, une fois l'entente conclue, de s'installer dans le loft d'Emmerich dans le quartier Tribeca de New York pour peaufiner le récit.

Complicité

L'aboutissement de cette histoire est la résultante d'une longue complicité entre MM. Woods et Wright.

«Nicolas et moi, nous nous sommes rencontrés sur le plateau du film Hatley High en 2003. Le réalisateur du film [Phil Price] nous a par la suite repris», raconte M. Woods, qui a interprété le rôle de Guillaume Pratte, dur à cuire du National, dans une saison de la série Lance et compte. «Nous avions de la facilité à improviser, à modifier des scènes. Un jour, nous avons décidé d'écrire ensemble.»

Le tandem travaille sur plusieurs projets de front. En 2012, il réussit à vendre le scénario d'une série intitulée Almost Vacant à Comedy Central. Pour des raisons budgétaires, la série ne voit pas le jour.

Toujours en 2012, Nicolas Wright obtient un rôle dans le film White House Down qu'Emmerich tourne à Montréal. Là, tout s'enchaîne. Scénariste de White House Down, James Vanderbilt, qui a vu le pilote d'Almost Vacant, pressent le duo montréalais pour une éventuelle collaboration. Emmerich, qui a vent du travail de scénaristes des acteurs, leur demande de prendre contact avec Marco Shepperd chez Centropolis. C'est à lui qu'ils soumettent le scénario d'un thriller qu'ils ont dans leurs cartons.

«Shepperd a complètement capoté, dit James A. Woods. Il nous a organisé une rencontre avec Emmerich dans son immense propriété des Hollywood Hills. Nous avons eu 90 minutes pour lui faire notre pitch. Quelques jours plus tard, il nous a appelés pour nous dire qu'il achetait le projet.»

James A. Wood ne sait pas si Roland Emmerich va réaliser lui-même le film. Il espère bien sûr pouvoir défendre un rôle dans le projet qui, une fois tourné, sera vendu (c'est le plan) à un grand studio d'Hollywood.

Roland Emmerich sera à Montréal d'ici quelques semaines pour entreprendre la préproduction du tournage de son prochain long métrage, Stonewall. Il planche également sur une suite à Independence Day.




la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer