Courts métrages québécois: «Les gens "tripent" sur nous»

Même si l'enjeu du financement et de la... (PHOTO FOURNIE PAR PHI GROUP)

Agrandir

Même si l'enjeu du financement et de la rentabilité de la diffusion des courts métrages reste entier, Danny Lennon, fondateur de Prends ça court!, demeure optimiste.

PHOTO FOURNIE PAR PHI GROUP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La créativité et le dynamisme des cinéastes canadiens en matière de court métrage font rêver le monde entier. «Nous sommes incroyables: nos films voyagent, c'est hallucinant», clame avec fierté Danny Lennon, fondateur de Prends ça court, actuellement en Europe pour une tournée des festivals de cinéma. État des lieux.

Rejoindre le plus vaste public n’a jamais été... (Photo fournie par la Cinémathèque québécoise) - image 1.0

Agrandir

Rejoindre le plus vaste public n’a jamais été simple pour les réalisateurs de courts métrages.

Photo fournie par la Cinémathèque québécoise

Créativité

Danny Lennon est la référence en matière de court métrage au Québec. Commissaire cinéma au Centre Phi, à Montréal, et fondateur de Prends ça court!, il peine à contenir son enthousiasme quand on lui demande comment se porte ce genre cinématographique au pays. «Nos films sont remarquables, nos réalisateurs sont dynamiques, et nous sommes présents sur tous les marchés. Les gens "tripent" sur nous! J'ai présenté cette semaine des cinéastes de Whitehorse à des Belges et à des Portugais. On me répondait: "My God, il y a même du cinéma qui se fait près du cercle polaire!"», a-t-il expliqué à La Presse qui l'a joint au Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand, au deuxième rang des événements de cinéma les plus fréquentés en France, après le Festival de Cannes. 

La directrice générale de Téléfilm Canada, Carolle Brabant, abonde dans son sens. «Dès que je m'assois dans un avion, je mets l'écran de mon siège sur le canal des courts métrages. Je suis étonnée, éblouie, émue par la diversité de ce qui se fait au pays», raconte-t-elle pour souligner le partenariat établi par la société d'État avec la compagnie aérienne Air Canada pour la diffusion de courts métrages canadiens.

Financement

Contrairement aux longs métrages, Téléfilm Canada ne finance pas la réalisation et la production de courts métrages. Elle en fait plutôt la promotion par l'entremise de divers programmes. Au Québec, en plus d'institutions comme l'Office national du film du Canada (ONF), qui a pignon sur rue à Montréal, ce genre cinématographique est en partie financé par la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC). Or, la vaste majorité des courts métrages demeurent produits de façon indépendante. 

«Uniquement pour notre volet fiction, nous recevons chaque année plus de 200 soumissions. La SODEC en finance un peu plus d'une dizaine», affirme Mathieu Grondin, acteur, cinéaste et programmateur des courts métrages aux Rendez-vous du cinéma québécois.

«Pour la plupart des courts métrages, les gens les font avec leurs propres moyens et des rouleaux de 25 cents.»

Selon Danielle Bélanger, chargée de projets au volet promotion internationale et festivals chez Téléfilm Canada, le principal enjeu des réalisateurs de courts métrages est souvent la diffusion. «Quand on fait un appel d'inscriptions pour nos programmes, nous recevons environ 400 soumissions. Les gens arrivent donc à faire des courts métrages avec les moyens existants. C'est après, quand vient le temps de se positionner, que nous avons un rôle à jouer», explique-t-elle.

Diffusion

Rejoindre le plus vaste public n'a jamais été simple pour les réalisateurs de courts métrages. Julie Roy, productrice exécutive au studio d'animation français de l'ONF, l'admet volontiers. «C'est vrai que le court métrage est un peu le parent pauvre du cinéma canadien, puisque les possibilités de diffusion sont plus difficiles. Par contre, la diffusion web est quelque chose de vraiment extraordinaire. À l'ONF, on est devenu notre propre diffuseur. Ça a changé la donne», explique-t-elle. 

Lancé en 2009, le site internet ONF.ca a depuis enregistré 70 millions de visionnements sur ses différentes plateformes. Au cours des prochains mois, la société d'État prévoit aussi inaugurer sa propre chaîne Vimeo - l'équivalent plus «artistique» de YouTube. Avec cet essor du numérique, analyse Mme Roy, la question du modèle d'affaires reste toutefois à définir. «On voudrait bien offrir nos contenus gratuitement, mais les revenus de l'ONF ont baissé [ces dernières années]», explique-t-elle. 

L'enjeu du financement et de la rentabilité de la diffusion demeure entier, mais le commissaire cinéma et passionné de courts métrages Danny Lennon garde son optimisme. «Le ratio de "kickeurs de culs" est incroyable au Québec et au Canada. [...] J'ai souvent comparé nos courts métrages à de la drogue. Si tu regardes le top 20 des meilleures productions, tu vas halluciner. Et ce qui est le fun avec nous, c'est que face aux défis, on ne se plaint pas. On cherche des solutions», affirme-t-il.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer