Félix et Meira sacré meilleur film canadien

Félix et Meira évoque une histoire d'amour improbable... (Photo: fournie par la production)

Agrandir

Félix et Meira évoque une histoire d'amour improbable entre une femme mariée juive hassidique et un «déclassé» de bonne famille.

Photo: fournie par la production

On attendait Mommy, mais c'est une autre production de la boîte Metafilms qui a décroché le prestigieux prix du meilleur long métrage canadien au festival de Toronto (TIFF). The Imitation Game, avec Benedict Cumberbatch et Keira Knightley, a de son côté obtenu le prix du public.

Plusieurs voyaient le sacre de Mommy comme une simple formalité. Mais le jury chargé de décerner le prix du meilleur long métrage canadien au TIFF en a décidé autrement. Le très beau film de Maxime Giroux Félix et Meira a en effet reçu le prestigieux laurier, assorti d'une bourse de 30 000$. Produit par Sylvain Corbeil et Nancy Grant, de la société Metafilms (aussi productrice du plus récent film de Xavier Dolan), Félix et Meira évoque une histoire d'amour improbable entre une femme mariée juive hassidique (Hadas Yaron, magnifique de retenue et de finesse) et un «déclassé» de bonne famille (remarquable Martin Dubreuil). Un film riche d'atmosphères, où le non-dit crie sa douleur et sa résignation, que Giroux met admirablement en scène.

Joint au téléphone peu après l'annonce, le cinéaste était à la fois ravi et très étonné, surtout en apprenant que d'autres longs métrages canadiens de très bon calibre étaient aussi en lice.

«Est-ce que Mommy pouvait gagner le prix?, demande-t-il, quasi incrédule. Et le film de Cronenberg? Et celui de Stéphane Lafleur? Oui? Ben je suis encore plus surpris! Que dire de plus? En même temps, j'ai déjà fait partie de jurys. Quand on choisit un film, cela ne veut pas dire que l'autre est moins bon. Alors oui, je suis content. Je prends ce prix. Mais je tiens aussi à féliciter les autres!»

Selon le cinéaste, l'amour qu'il éprouve pour le sujet et ses personnages a dû transparaître. Et toucher le jury.

«Avec le coscénariste Alexandre Laferrière, avec qui j'ai travaillé pendant plusieurs années pour écrire le scénario de ce film, j'ai découvert un monde que j'aime de façon extraordinaire. Au point où je voudrais maintenant faire une trilogie dont Félix et Meira serait le premier volet.»

Délicatesse et savoir-faire

Le jury était formé de quatre personnes: la productrice Jennifer Jonas, la réalisatrice Ingrid Veninger, le cinéaste Michael Dowse et le critique Jason Anderson.

«Nous avons relevé l'immense délicatesse et le savoir-faire pour raconter une histoire courageuse qui jette des ponts entre deux mondes distincts, a indiqué le jury. Pour sa générosité d'esprit, l'utilisation magistrale de la musique et pour d'exquises performances qui alimentent la puissance d'un film qui est à la fois une histoire d'amour intime et une déclaration profonde sur la valeur de la passion, de la famille et de la communauté, nous avons accordé le prix à Félix et Meira

Le producteur Sylvain Corbeil était tout aussi ravi de cette nouvelle, lorsque La Presse l'a joint.

«Nous avons fait ce film avec très peu de moyens, fait-il remarquer. Nous y avons mis beaucoup de passion. On voit qu'aujourd'hui, le fruit de nos efforts est récompensé. Notre équipe a été très dévouée. J'ai toujours cru en Maxime comme metteur en scène. Nous sommes vraiment très heureux!»

Aux yeux du producteur, et de pratiquement tous les festivaliers, l'attention était pourtant tournée vers l'une des autres productions de la maison: Mommy.

«Bien honnêtement, il était difficile de penser que Mommy ne l'emporterait pas. Cela dit, on ne peut jamais prévoir le choix d'un jury. Avec les années, on apprend à ne pas se créer d'attentes. Notre travail est de livrer un film au meilleur de nos capacités, en phase avec les intentions du cinéaste. Une fois que c'est fait, le reste ne nous appartient plus. Mais je ne suis pas inquiet pour Mommy!», conclut-il dans un rire.

Félix et Meira sera lancé au Québec le mois prochain dans le cadre du Festival du nouveau cinéma de Montréal. Il prendra l'affiche en salle l'hiver prochain,

The Imitation Game, qui relate la vie du mathématicien britannique Alan Turing pendant la Seconde Guerre mondiale, a par ailleurs obtenu le prix du public. Mettant en vedette Benedict Cumberbatch et Keira Knightley, cet excellent drame biographique devrait en principe bien se placer dans la prochaine course aux Oscars. Ce film sortira au Québec au mois de décembre.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • <em>Félix et Meira</em> acheté aux États-Unis

    Cinéma

    Félix et Meira acheté aux États-Unis

    Après la France, les États-Unis. Félix et Meira, nouveau long métrage de Maxime Giroux, a en effet été acheté par un distributeur pour le... »

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer