Le prochain Disney livre ses secrets au Festival d'Annecy

Disney a révélé vendredi au Festival d'animation d'Annecy quelques-uns des... (PHOTO FOURNIE PAR DISNEY)

Agrandir

PHOTO FOURNIE PAR DISNEY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Annecy

Disney a révélé vendredi au Festival d'animation d'Annecy quelques-uns des secrets du scénario de Vaiana, la légende du bout du monde, le prochain film des célèbres studios d'animation américains attendu pour Noël.

Ses réalisateurs John Musker et Ron Clements, créateurs d'Aladdin (1992) ou encore de La petite sirène (1989), sont venus commenter des séquences exclusives et inachevées du long métrage, toujours en cours de fabrication.

«C'est une histoire sur la quête d'identité, celle d'une jeune fille qui part à la découverte de ses racines, d'elle-même et de ses limites», a expliqué John Musker.

«Vaiana», qui signifie «eau» en langue maorie, met en scène une adolescente intrépide de 16 ans au teint mat et à la longue chevelure, noire et ondulée, vivant sur une île du Pacifique. Navigatrice hors pair, elle est poussée par des révélations de sa grand-mère à partir à la recherche de Te'Fiti, île mystérieuse où, selon la mythologie, l'histoire de son peuple a débuté.

Elle est épaulée dans son périple par un coq stupide et Maui, légendaire demi-dieu du vent et de la mer de la culture maorie, pouvant à lui seul ramener la paix sur les océans en rapportant sur cette île son «coeur», un talisman qu'il lui a volé.

Sur leur route, les deux compagnons rencontrent de nombreux obstacles, à l'image des Kakamora, des pirates en forme de noix de coco. La relation entre Vaiana et Maui est au coeur de ce long métrage graphiquement impeccable et à la bande sonore nourrie de chansons traditionnelles.

«La mer est également un personnage à part entière», relève Ron Clements, insistant sur l'importance qu'accordent les Maoris à l'océan.

Pour préparer le film et s'imprégner de la culture locale, les deux auteurs et leurs équipes ont effectué un long voyage dans le Pacifique, aux Îles Fidji, Samoa et en Nouvelle-Zélande. Sur place, ils se sont également entretenus avec des anthropologues.

«Ce séjour a complètement modifié notre perception de l'histoire que nous souhaitions raconter», souligne John Musker. «Nous avons voulu raconter ce qui s'est passé là-bas il y a 3000 ans. Les Maoris étaient de très bons navigateurs qui évoluaient en mer à l'instinct. Ils sont connectés à l'océan».

Moana, titre de la version américaine, sortira sur les écrans du monde entier à Noël.

Le 40e festival international du cinéma d'animation d'Annecy, qui s'est ouvert lundi, réunit près de 8.000 professionnels venus du monde entier.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer