Image+Nation: une édition marquée par la diversité

In the Grayscale... (PHOTO FOURNIE PAR IMAGE+NATION)

Agrandir

In the Grayscale

PHOTO FOURNIE PAR IMAGE+NATION

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Consacré au cinéma à thématique lesbienne, gaie, bisexuelle ou transgenre (LGBT), le festival Image+Nation est de retour à Montréal.

Un total de 41 films (22 longs métrages, 12 courts métrages et 7 documentaires) sont à l'affiche jusqu'au 6 décembre, notamment au Musée des beaux-arts de Montréal, à l'UQAM et à la bibliothèque de l'Université Concordia (info à www.image-nation.org).

Le 28e festival est marqué par des films de nouveaux réalisateurs et réalisatrices de talent provenant d'Argentine, du Chili, du Kenya, de Lituanie, d'Allemagne, de Nouvelle-Zélande ou d'Afrique du Sud. Voici quatre suggestions parmi les 22 longs métrages proposés.

IN THE GRAYSCALE (EN LA GAMA DE LOS GRISES)

* * * *

De Claudio Marcone, Chili, 2015, v.o. espagnole, sous-titres anglais

Marié et père d'un garçon de 11 ans, Bruno est un jeune architecte de Santiago, au Chili. Son travail professionnel et sa vie familiale sont perturbés par un mal-être qu'il ne parvient pas à maîtriser, même s'il se doute d'où il provient. Sa rencontre avec un prof d'histoire homosexuel n'arrangera pas forcément les choses... Voilà un film tout en nuances sur la quête d'identité, avec Francisco Celhay dans le rôle principal, un acteur criant de vérité.

SEBASTIAN

* * * 1/2

Carlos Ciurlizza, Pérou, 2015, v.o. espagnole et anglaise, sous-titres anglais

Péruvien d'origine, Sebastian vit aux États-Unis avec son conjoint Josh. Revenant dans son village natal pour s'occuper de sa mère malade, Sebastian fait face à l'homophobie ambiante qui l'avait forcé à quitter son pays. Sa rencontre avec son ex-copine, devenue mère célibataire, trouble un peu plus son esprit et les choses empirent quand Josh arrive dans le village... Réalisé par Carlos Ciurlizza (qui joue le rôle de Sebastian), ce film bien tourné illustre la sempiternelle confrontation entre tradition et modernité.

Where Are You Going, Habibi?... (PHOTO FOURNIE PAR IMAGE+NATION) - image 2.0

Agrandir

Where Are You Going, Habibi?

PHOTO FOURNIE PAR IMAGE+NATION

WHERE ARE YOU GOING, HABIBI? (WO WILLST DU HIN, HABIBI?)

* * * *

Tor Iben, Allemagne, 2015, v.o. allemande, sous-titres anglais

Il nous avait déjà captivés avec The Passenger, sorti en 2011. Le réalisateur Tor Iben signe là une autre oeuvre tout en finesse pour décrire les défis du vivre-ensemble en Allemagne. Un jeune homosexuel d'origine turque qui s'éprend d'un lutteur délinquant: l'histoire pourrait paraître banale, mais elle tisse ensemble les thèmes de l'immigration, de la crise économique, de l'ouverture aux autres, de la compassion et de la solidarité. Un film qu'on devrait montrer dans toutes les écoles du monde...

THOSE PEOPLE

* * *

Joey Kuhn, États-Unis, 2015, v.o. anglaise

Histoire d'amour et d'amitié, Those People évoque le combat que se livrent les pulsions et les valeurs chez un jeune homosexuel découvrant la vie. Charlie est très attaché à son ami d'enfance Sebastian. Mais tout se complique quand le père de Sebastian est emprisonné pour une fraude retentissante. Charlie vient habiter chez son ami et cette promiscuité devient difficile à vivre, d'autant qu'il tombe presque en même temps sous le charme de Tim, un pianiste réputé...

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer