Le Festival international du film black de Montréal en sept suggestions

Hope de Boris Lojkine ouvre le FIFBM ce soir.... (PHOTO FOURNIE PAR LE FIFBM)

Agrandir

Hope de Boris Lojkine ouvre le FIFBM ce soir.

PHOTO FOURNIE PAR LE FIFBM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le 10e Festival international du film black de Montréal (FIFBM) s'amorce ce soir. Que voir parmi les dizaines de longs métrages de fiction, documentaires, courts et moyens métrages de la programmation? Voici sept suggestions.

Hope

Sélectionné à la Semaine de la critique à Cannes en mai dernier, ce premier long métrage de fiction de Boris Lojkine ouvre le FIFBM ce soir. Puisant dans le sujet très actuel de l'immigration clandestine, le film suit le parcours de Hope (Endurance Newton) et de Léonard (Justin Wang), deux Africains en voie de traverser le Sahara dans l'espoir de rejoindre l'Europe pour commencer une nouvelle vie.

Ce soir, 19h, Cinéma Impérial

Da Sweet Blood of Jesus

Le plus récent film de Spike Lee est présenté en première internationale au FIFBM. Mettant en vedette Michael K. Williams (Twelve Years a Slave, RoboCop), l'oeuvre se définit comme une comédie horrifique et romantique. Parlant de son propre film, Spike Lee dit: «Da Sweet Blood of Jesus parle d'êtres humains accros au sang. Un nouveau genre d'histoire d'amour (et pas un remake de Biacula).»

Demain, 19h, Cinéma Impérial

Roger Milla, la légende

Les nombreux amateurs de football (dans le sens de soccer) de Montréal seront gâtés avec ce film traitant de l'histoire de ce joueur camerounais qui a fait sa marque au Mondial de 1990. En effet, le documentaire d'Alain Fongue et François-Xavier Hiondi Nkam IV sera projeté en première mondiale à Montréal. Ce film perce le mythe de ce personnage atypique, promet-on.

25 septembre, 19h, Quartier latin

The Land Between

À l'extrême nord du Maroc, sur une petite pointe avançant dans la mer Méditerranée, Melilla est une enclave appartenant à l'Espagne. Dans leur désir de quitter le continent africain pour l'Europe, des milliers de migrants tentent d'y pénétrer. Leur quête est émaillée de maltraitance et d'incertitudes, comme le montre le documentariste australien David Fedele dans ce film présenté en première canadienne.

27 septembre, 17h, ancien cinéma ONF

Aidependence

Voilà un film qui ne fera pas l'unanimité. Iconoclaste à souhait, Aidependence de la réalisatrice belge Alice Smeets a pour but de secouer nos certitudes quant à l'aide étrangère apportée à Haïti. Quelle est la valeur des actions des ONG? Pourquoi tous les projets échouent-ils? Où s'arrête l'aide et où commence la corruption? Plusieurs experts s'expriment à la caméra et leurs propos sont incisifs et tranchants. Un film qui suscitera les débats.

27 septembre, 17h, Quartier latin

Ni Si Si

En 2000, l'acteur britannique Nick Reding plaque tout pour aller diriger une ONG au Kenya. L'an dernier, il a réalisé un film Ni Si Si (It's Us) qui a pour but de célébrer la paix et l'identité dans un Kenya unifié. Fait de moments dramatiques, mais aussi de beaucoup de chants et de clins d'oeil humoristiques, le film raconte l'histoire d'un village du pays où la cohabitation entre tribus met en échec la méfiance et la violence.

28 septembre, 15h, Quartier latin

Half a Yellow Sun

En nomination pour son rôle dans Twelve Years a Slave, Chiwetel Ejiofor est en vedette dans ce film de Biyi Bandele qui nous plonge dans le Nigeria des années 60 où deux soeurs que tout sépare unissent leurs forces afin de mener leur pays à l'émancipation. Mettant aussi en vedette Thandie Newton et Anika Noni Rose, ce film présenté en clôture du FIFBM avait été projeté au TIFF l'an dernier.

28 septembre, 19h, Grande Bibliothèque




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer